Le NPA

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 27 avr. 2013, 14:34:41

Image

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 29 avr. 2013, 02:18:02

Faisons céder Vinci et le gouvernement le 11 mai CorrespondantEs du NPA 44

Après le succès de « Sème ta Zad », le printemps est plus que jamais fertile en mobilisations à Notre-Dame-des-Landes. Le 11 mai prochain, la chaîne humaine doit encercler la ZAD sur pas moins de 25 km. Une initiative à caractère national s'appuyant sur l’ensemble des comités de soutien qui se sont constitués à travers tout le territoire.
C'est une opportunité majeure de faire une nouvelle démonstration de force alors que l’État a officiellement repoussé de six mois les travaux. Il n’y aura pas d’autre voie que le rapport de forces et la mobilisation unitaire pour gagner, faire plier Vinci et le gouvernement. Dans ce contexte, parce que l'occupation de la ZAD prend une place importante dans la stratégie du mouvement, la réussite de cette mobilisation est essentielle et le NPA doit y prendre toute sa place.
Nous devons donc faire de ce temps fort à Notre-Dame-des-Landes une mobilisation nationale de notre parti. Une mobilisation contre un projet qui illustre à lui seul tous les méfaits du capitalisme dans sa capacité de destruction, un projet à la fois inutile socialement, dévoreur de fonds publics, dévastateur écologiquement et destructeur de terres agricoles, et dont le seul but est de satisfaire les appétits de la multinationale Vinci, et de quelques potentats locaux au nom du sacro-saint développement. C’est un tout autre développement que nous devons opposer, celui qui n'a pour objectif que de répondre aux besoins sociaux et écologiques du plus grand nombre.

Une lutte anticapitaliste

Pour les militantEs du NPA, la lutte contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes représente donc un double enjeu. C'est à la fois un mouvement anticapitaliste, qui dépasse largement l'opposition au seul projet d'aéroport et qui propose clairement d’autres choix de société. C'est également un mouvement d'opposition radicale et concrète à la politique du gouvernement ­Hollande-Ayrault qui, sur le terrain écologique et social, n'a rien a envier à celle de ses prédécesseurs. Une opposition à cette gauche libérale qui, à travers ce projet, démontre toujours plus sa soumission aux intérêts du patronat et des plus riches, comme elle le fait à PSA ou à Arcelor, en sacrifiant les populations sur l'autel de l'austérité. C'est aussi pourquoi, dans ce contexte, une victoire à Notre-Dame-des-Landes pourrait constituer un point d'appui et un encouragement pour l'ensemble du mouvement social.
Il est donc essentiel d'assurer une mobilisation maximale pour cette journée. Le NPA a sorti une affiche, et un regroupement autour du NPA sera organisé pour faire entendre notre voix anticapitaliste lors de cette mobilisation du 11 mai.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 30 avr. 2013, 02:50:30

LUTTE OUVRIÈRE ET LE 5 MAI : « LA CLASSE OUVRIÈRE DOIT AVOIR SA POLITIQUE » Yvan Lemaitre Hebdo Tout est à nous ! 192 (25/04/13)

Dans le numéro de Lutte Ouvrière du 12 avril, Georges Kaldy écrit un long article à propos de l'affaire Cahuzac, du prétendu « choc de moralisation » voulu par Hollande et de la manifestation du 5 mai. La dernière partie de l'article s’intitule « La classe ouvrière doit avoir sa politique ». Laquelle ? C'est bien là toute la discussion.
Kaldy note « l'éventualité que la crise politique se transforme en crise institutionnelle. » Pour ajouter « mais la bourgeoisie en a vu d'autres… » Certes mais elle a besoin d'un pouvoir qui soit en mesure de maintenir l'ordre social nécessaire à la bonne marche des affaires. La crise politique l'affaiblit. Il ne s'agit pas de « revendiquer que l'État de la bourgeoisie soit plus propre, plus efficace », mais bien plutôt d'aider à la politisation que provoque ce cynique spectacle de politiciens menteurs prêchant l'austérité pour les autres.
En effet, comme l'écrit Kaldy, « la crise politique qui est en train de s'amorcer, la déliquescence aux sommets de l'État peuvent entraîner des conséquences y compris pour la classe ouvrière. » Et il est clair que « si le Front national renforce son influence, comme c'est vraisemblable, cela représente une menace grave pour la classe ouvrière […] Faire face à ce danger, cela ne se fait pas en prétendant vouloir nettoyer les écuries d'Augias de la démocratie bourgeoise ! » Nous sommes bien d'accord et c'est pourquoi nous ne reprenons à notre compte ni la « VIe République » ni les propos de Mélenchon que cite Kaldy : « donner un coup de balai (afin de) purifier cette atmosphère politique absolument insupportable ».

La crise ouvre une brèche

« Nous ne pouvons pas prévoir si la crise politique actuelle se résorbera […] ou si, au contraire, elle débouchera sur une crise institutionnelle. Mais, pour que la classe ouvrière ne soit pas à la remorque des différentes forces de la bourgeoisie, il faut qu'elle se manifeste sur le terrain politique. » Comment ? Kaldy se dérobe en affirmant que la classe ouvrière « ne se sent pas encore en position de le faire, même pour défendre ses intérêts matériels vitaux ». Mais d'ajouter « il se peut que l'histoire à venir exige de la classe ouvrière, non seulement qu'elle reprenne l'initiative à la bourgeoisie sur le terrain de ses revendications économiques, mais aussi, surtout si l'extrême droite profite des circonstances pour renforcer ses positions, sur le terrain politique ». Toute notre activité doit être sous-tendue par cette possibilité, viser à la préparer. Pour cela, il ne suffit pas de dénoncer « les marchands ­d'illusions » en ajoutant : « ceux qui appellent à manifester le 5 mai le sont tous, quelles que soient leurs motivations disparates ». Y compris donc le NPA que Kaldy se garde de citer !
La dénonciation et l'abstention ne font pas une politique. L'intérêt des travailleurs est que les manifestations du 1er et du 5 mai soient les plus massives possible. Rester totalement indépendants et critiques parce que nous ne partageons pas les positions de Mélenchon et du PCF sur la VIe République, mais manifester ensemble parce que la manifestation du 5 va rassembler contre l’austérité gouvernementale et contre la droite, l’extrême droite : voilà notre politique pour la classe ouvrière. Elle vise à regrouper les forces contre l'austérité, à construire une opposition de gauche à ce gouvernement du Medef, et à rassembler les anticapitalistes et révolutionnaires…

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 30 avr. 2013, 15:43:56

Plus que jamais, unité contre l’homophobie ! NPA86 25/04

Comme on pouvait le craindre, les violences homophobes se multiplient et se radicalisent. C’est ce qui est arrivé d’abord verbalement à une camarade communiste la semaine dernière, puis physiquement à l’une de nos camarades du NPA à deux reprises, notamment dimanche soir après la « Manif pour tous ».

Les violences sont le fruit d’une banalisation des idées homophobes et xénophobes de l’extrême-droite, relayées par la droite traditionnelle. Ces derniers surfent sur la frustration sociale engendrée par le gouvernement et sa politique d’austérité. C’est tout le système qui est responsable. D’une politique de droite économique et sociale, découle une montée des idées de droite au niveau sociétal. Il est temps de changer les choses !

Mercredi 24 a donc été organisée une manifestation contre l’homophobie. Elle a rassemblé plus de 100 personnes. Pendant les vacances, et sans le PS (qui doit sans doute voir d’un bon œil la montée de l’extrême-droite pour les prochaines échéances électorales), c’est plutôt une réussite. Mais une réussite qui n’est pas à la hauteur des enjeux.

C’est pour cela qu’il faut amplifier la lutte contre l’extrême-droite. Notamment en prenant la rue à gauche dès que possible. Le 1er mai doit être le grand rendez-vous poitevin, un rendez-vous d’unité de la classe ouvrière, contre la droite et l’extrême-droite, pour l’égalité des droits et pour une véritable politique de gauche qu’il faut imposer, maintenant. La rue est à nous : chassons-les !

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 01 mai 2013, 15:43:28

NOTRE-DAME-DES-LANDES : LA VICTOIRE EST POSSIBLE Chloé (Comité jeunes Le Mans)

Après le succès de l’événement « sème ta ZAD » qui a regroupé plus d’un millier d’opposants au projet d’aéroport, la lutte doit continuer !

Une aberration écologique...

Le projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (44) est une aberration : il se fait dans un partenariat public-privé entre Vinci et l’État. Si le projet est une réussite, les bénéfices iront à Vinci ; si c’est un échec, les collectivités territoriales et l’État mettront la main à la poche. Aberration écologique également, car son impact sur l’environnement sera dramatique. L’aéroport supprimerait près de 2 000 hectares de terres agricoles et affecterait des zones humides alors que 16,5  % des terres de Loire-Atlantique sont déjà bétonnées et que l’artificialisation y progresse plus vite qu’ailleurs. Au lieu de développer de tels projets, l’État devrait soutenir le développement de réseaux de transports locaux, la remise en état des infrastructures ferroviaires… Mais le choix des dirigeants est fait depuis longtemps : mettre en place un projet extrêmement coûteux et inutile. L’État a trouvé 254 millions d’euros afin qu’un deuxième aéroport voit le jour à côté de Nantes, quand on sait que celui de Nantes-Atlantique est loin d’être saturé. L’objectif est de rendre attractive et compétitive la région de Nantes et de Rennes, à l’échelle européenne et même internationale, au détriment des zones rurales.

… et économique

La lutte est d’autant plus importante qu’elle permet de combiner deux enjeux majeurs. Elle pose la question du choix de société, elle montre que la lutte écologiste est incompatible avec les logiques capitalistes. Les régions doivent être les plus compétitives possible, faire face à la concurrence internationale. Leur transformation en vitrines du capitalisme globalisé, se fait sans aucune consultation des populations. Ce mouvement se pose aussi en opposition à la politique menée par le gouvernement Hollande-Ayrault. Projet porté par l’ancien maire de Nantes et actuel Premier ministre, l’« Ayraultport » illustre une politique écologique et sociale dans la droite ligne de celles des gouvernements précédents.
Notre rôle en tant qu’anticapitalistes, au-delà de participer ou d’être à l’initiative des mobilisations rejetant ce projet, est de faire le lien entre Notre-Dame-des-Landes et les politiques capitalistes menées à l’échelle de la planète.

Continuons le combat !

Malgré la répression intense, les expulsions des occupants de la zone, la ténacité du gouvernement… nos dirigeants ont décidé de retirer les gendarmes présents sur le site. Ce retrait intervient après la publication de trois rapports préconisant des études complémentaires avant le lancement des travaux. Le début des travaux est donc retardé de six mois. Certes, cela ne signifie pas pour autant que Hollande est en train de reculer. Mais nous devons nous saisir d’occasions comme celle-là pour taper encore plus fort. Nous ne pourrons gagner qu’en créant un rapport de force suffisant pour faire plier Vinci et le gouvernement. Il passe par une mobilisation unitaire d’ampleur.

Faire reculer le gouvernement

Une victoire de cette lutte serait d’abord la démonstration que la lutte collective paye, et que si l’on veut obtenir des avancés de la part de ce gouvernement, c’est dans la rue qu’il faudra aller les chercher. Cela pourrait également constituer une première étape vers la construction d’autres mobilisations ; une première victoire contre la politique de Hollande serait un point d’appui pour redonner confiance à l’ensemble du mouvement social.
L’occupation de la zone d’aménagement différé (ZAD) ayant pris une place importante dans la lutte contre ce projet, la réussite de la chaîne humaine qui aura lieu le 11 mai autour de la zone à défendre est nécessaire. Faisons donc en sorte que cette journée de mobilisation soit une réussite !

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 02 mai 2013, 18:23:14

Lundi 11 mars, 18h30 : gros conseil municipal en vue

Le conseil municipal du lundi 11 mars sera particulièrement important. D'abord en raison de son ordre du jour, puisqu'il comporte de très importants dossiers, avec le vote du compte administratif, du budget, des subventions aux associations et les crédits pour les écoles publiques et privées. On y trouvera aussi de nombreux autres dossiers importants comme la vente de la parcelle de l'ancien nautiparc de Chamnord ou le plan de titularisation des agents non-fonctionnaires, rendu obligatoire par la loi Sauvadet de mars 2012. Last but not least, nous terminerons la soirée par le voeu de Chambéry 100 % à gauche qui demande l'abrogation du décret sur les rythmes scolaires et sa non-mise en application par la municipalité à la rentrée 2013.

Mais au delà de cet ordre du jour particulièrement chargé, ce conseil va être marqué par la crise ouverte dans la majorité par le communiqué de presse envoyé samedi par le Front de Gauche qui dresse une critique tout à fait pertinente de la politique de Laclais et appelle les conseillers municipaux à ne pas voter le budget. A un an des élections municipales, cette prise de position constitue un acte politique d'importance majeure qui suscite beaucoup d'espoir au sein de la gauche radicale. Ce conseil municipal aura donc une importance toute particulière : que vont faire les élus du Front de Gauche ? quelle sera ensuite le positionnement des organisations du Front de Gauche ? De la réponse à ces questions dépend en grande partie l'avenir de la gauche militante chambérienne...

Du côté de la majorité, la déliquescence semble en tout cas totale, puisque les Verts grenouillent en eau trouble et cherchent à monter une liste, même si Laclais et Besson devraient être en mesure de calmer cette dissidence en leur faisant miroiter un petit poste d'adjoint supplémentaire et les 1500 euros d'indemnités mensuelles qui vont avec. Surtout, la gestion municipale est de plus en plus désastreuse comme en témoigne la préparation de ce conseil municipal : pour la première fois depuis le début de ce mandat, la maire a été incapable de nous donner les documents 10 jours avant le conseil, comme il est d'usage à Chambéry, et nous ne les avons reçus que 5 jours francs avant le conseil, en pas moins de 7 morceaux reliés dans un état de désordre innomable. Une telle situation est emblématique de la désorganisation de l'action municipale qui est déstabilisée par l'absence récurrente de la maire : non seulement Laclais ne réside pas à Chambéry, mais depuis qu'elle a été élue députée, elle n'y est plus présente que le lundi, le vendredi et le samedi, ce qui est très insuffisant pour permettre un fonctionnement fluide des services, puisque la maire exige que rien ne puisse être fait sans son approbation.

La municipalité traverse donc une crise particulièrement grave, qui ouvre tous les possibles. Ce qui se passera lors de ce conseil, où Laclais toujours droite dans ses bottes voudra faire passer en force sa politique dont le rejet est pourtant de plus en plus important, sera déterminant.
Compte-rendu du conseil municipal du 11 mars

Comme prévu, ce conseil municipal qui a duré 6 heures a été très long et très animé. Il a surtout été extrêmement important, car il aura mis en évidence l'isolement croissant de Laclais et Besson qui peinent à imposer leur politique d'austérité : ne disposant plus du soutien du Front de Gauche, accueillie par un rassemblement de l'intersyndicale des personnels, venus au conseil municipal pour dénoncer les coupes bugétaires, contestée jusque par les élus d'Europe-Ecologie-Les-Verts qui commencent à manifester leur différence, la majorité socialiste navigue à vue et se replie sur une ligne de plus en plus droitière, qui a le mérite de laisser de moins en moins d'espace à l'UMP. Tout au long de ce long conseil, pour l'essentiel consacré aux dossiers budgétaires, la majorité aura de fait été mise en grande difficulté.

Le premier véritable dossier était consacré à la cession de l'ancienne parcelle du Nautiparc à un groupe d'investisseurs, qui va y construire un nouvel espace commercial. J'ai voté contre cette cession absurde, puisque la municipalité investit d'un côté à fonds ouverts pour soutenir le commerce dans le centre-ville et décide de l'autre côté d'une nouvelle extension de la zone commerciale de Chamnord. Suite à ce débat, l'UMP Townley est intervenue pour rappeler que l'agglomération s'est trouvée en alerte pollution tous ces derniers jours, sans qu'aucune mesure concrète ne soit prise. J'ai proposé que la municipalité décide d'assurer la gratuité des transports en commun en cas d'alerte pollution, mais Besson a pris la parole pour expliquer qu'il s'opposait à toute forme de gratuité des transports, en nous expliquant que si "le coût de la gratuité des transports est minime", il importe de "responsabiliser l'usager" en le faisant payer.

Puis nous sommes passés aux dossiers budgétaires, en commençant par le compte administratif qui permet de dresser le bilan de l'état financier de la commune. Cette documentation permet de constater que depuis 2008 la baisse des subventions de l'Etat a été très importante : les dotations et subventions qui alimentent la section de fonctionnement ont ainsi baissé de 5,7 % pour la période 2008-2012, ce qui représente une diminution de 12,2 % en euros constants. Devant ce désengagement de l'Etat, la ville a recouru de plus en plus fortement à la fiscalité sur les ménages, puisque le produit de la taxe d'habitation et de la taxe foncière est passé entre 2008 et 2012 de 59,1 millions à 65,2 millions.

Ce désengagement de l'Etat s'est d'autre part accompagné d'une dégradation de la situation de la dette, en raison de la crise des emprunts toxiques. Depuis qu'elle a découvert le problème, la municipalité s'est refusée, comme le faisaient beaucoup de villes, à attaquer les banques en justice et a préféré accepter leur proposition de geler les emprunts toxiques, en décalant dans le temps le déclenchement de leurs taux d'intérêts. En contrepartie, la ville est pieds et poings liés aux établissements bancaires, qui lui imposent désormais toutes leurs conditions. Le résultat est simple : alors que la dette est restée globalement stable depuis de nombreuses années et que les taux d'intérêt sont historiquement bas, le service de la dette, autrement dit le paiement des intérêts, a augmenté de 15,2 % entre 2008 et 2012, ce qui montre que les requins de la finance se servent sur le dos des villes qu'ils ont réussi à prendre en otage. Comme chaque année, ce sont les personnels et les services de la ville qui payent l'essentiel de la facture : en 2012, la ville a supprimé 38 nouveaux emplois ! Au total, entre 2008 et 2012, elle aura supprimé pas moins de 102 emplois, dont 43 postes de fonctionnaires.

Le budget 2013 ne contribuera pas à améliorer la situation. Il est en effet marqué par une nouvelle coupe budgétaire, encore plus violente que celles de Sarkozy : en 2013, la dotation par habitant va ainsi baisser en euros constants de 5,4 %, ce qui est dévastateur pour une collectivité déjà exsangue. N'osant pas augmenter les impôts à la veille des élections, la municipalité fait feu de tout bois et brade tout ce qui peut être vendable, ce qui explique la mise en vente de la parcelle du Nautiparc, mais aussi la vente annoncée de l'Hôtel Morand. Une nouvelle année, les personnels et les services seront mis au pain sec, la priorité de la municipalité étant d'augmenter ses investissements, pour lesquels une croissance de 11,9 % est programmée cette année.

Les principes qui ont présidé à la confection de ce budget étaient si droitiers que l'UMP a eu beaucoup de mal à proposer une alternative à la politique de Laclais. Expliquant que "la situation est difficile", que les coupes proposées par la maire sont "inéluctables" et qu'il "n'y a pas grand-chose d'autre à espérer", Dullin s'est borné à nous expliquer qu'il fallait préserver le patrimoine et rendre la ville plus attractive, sans nous donner d'autre exemple concret que la nécessité de "lutter contre l'insalubrité des trottoirs". Dans mon intervention, j'ai souligné l'importance du communiqué de presse que le Front de Gauche a envoyé samedi dernier (voir mon billet précédent), pour dénoncer la politique de Laclais et appeler à rejeter son budget. Pour le NPA, ce communiqué du Front de Gauche est particulièrement intéressant puisqu'il manifeste non seulement une opposition claire et nécessaire à la majorité socialiste, mais ouvre aussi la possibilité de construire une alternative à la politique de Laclais et Besson, en mettant en place les conditions d'une alliance avec le NPA et l'ensemble de la gauche radicale.

Une telle perspective semble constituer un cauchemar pour Guy Fajeau qui a pris la parole au nom des 4 élus du Front de Gauche (Juliette Lehmann, Sophie Coquemer, Michel Haudry et lui-même) pour nous expliquer que "le communiqué du Front de Gauche n'engage pas les élus du Front de Gauche". Plus pitoyable que jamais, Fajeau a poursuivi en affirmant que les élus du Front de Gauche constataient "l'effort de redressement des comptes publics" et "souhaitaient la réussite du gouvernement". Soulignant que "globalement notre appréciation sur le budget est positive", il a dit que les élus du Front de Gauche s'abstiendraient sur le volet des recettes de fonctionnement, car ils considéraient que l'Etat devrait donner un peu plus, mais qu'ils voteraient bien évidemment le budget. Toute mielleuse avec Fajeau, Laclais nous a expliqué qu'elle ne voyait aucun inconvénient à ce que les élus du Front de Gauche s'abstiennent sur les recettes de fonctionnement pour lesquelles elle a organisé un vote particulier, ce qui normalement ne se fait jamais. La situation est donc désormais particulièrement compliquée : si le Front de Gauche s'est clairement positionné contre la municipalité, ses élus ont en revanche refusé de sortir de la majorité et renouvelé leur allégeance au PS, faisant passer le maintien de leurs indemnités d'adjoints avant leur loyauté envers les organisations qui les ont fait élire.

Autre sujet d'inquiétude pour Laclais : les élus d'Europe-Ecologie-les-Verts sentent l'odeur des élections municipales s'approcher et cherchent à se différencier du PS, ce qui n'est pas simple pour eux vu qu'ils ont pendant 5 années voté tous les dossiers que leur a imposé le PS. Etonnament, les Verts ont décidé de se manifester en s'opposant aux subventions du club professionnel de Hand-Ball qu'ils avaient pourtant jusque là voté chaque année sans jamais barguigner. Prétextant le fait que Laclais avait refusé de diminuer cette subvention, l'écotartuffe Dupassieux a boycotté le vote du budget, ce qui lui a permis de garder les mains blanches en ne votant pas le budget d'austérité de Laclais, tout en évitant de voter contre le budget et de perdre ses précieux postes et les indemnités qui vont avec. Chassery, qui était venue présenter le rapport sur le Nautiparc, a elle aussi quitté le conseil avant le budget sans laisser de procuration. Les Verts avaient toutefois demandé à leurs camarades Masson et Bérenger de rester, pour nous expliquer que les Verts voteraient bien le budget, mais qu'ils ne voteraient en revanche pas la subvention au club de Hand-Ball. Bérenger en a aussi profité pour critiquer mollement les mesures d'austérité du gouvernement socialiste, ce qui fait rigoler lorsque l'on sait qu'elles ont toutes été votées par les députés d'Europe-Ecologie-les-Verts.

Après le débat budgétaire, on est revenu aux affaires courantes. Austérité oblige, la majorité a fait voter pour la 5e année consécutive un nouveau gel des subventions des coopératives scolaires. Dans le même temps, elle a fait augmenter de 2 euros par élève la subvention aux écoles privées de la ville à qui ces temps de crise auront bien réussi, puisque la subvention de la commune aux écoles catholiques a été triplée en 7 ans, passant de 218 euros par an et par élève en 2006 à 660 euros en 2013. On a enfin fini par mon voeu contre la mise en application de la contre-réforme gouvernementale des rythmes scolaires que Laclais et Julien ont appelé sans surprise à rejeter. A l'heure du vote, l'UMP a refusé de participer au vote, Michel Haudry et moi avons voté pour, tandis que les élus du PS et d'Europe-Ecologie-Les-Verts votaient contre, rejoints une nouvelle fois par Fajeau, Coquemer et Lehmann, qui n'ont pas raté cette nouvelle occasion de témoigner de leur inconditionnelle fidélité à Laclais.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 03 mai 2013, 21:16:51


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 06 mai 2013, 01:57:42


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 06 mai 2013, 15:32:29


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 07 mai 2013, 14:27:09


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 08 mai 2013, 20:04:30

Samedi 18 Mai 2013 - Lundi 20 Mai 2013
Fête de Lutte Ouvrière à Presles dans le 95, avec le débat public LO-NPA le dimanche 19 mai à 17h avec pour le NPA Galia Trépère et Roseline Vachetta de la direction nationale du NPA.

Le thème du débat cetet année est : Face au gouvernement et à la montée de l’extrême droite, quelle politique pour les révolutionnaires, en particulier vis-à-vis du Front de Gauche ?

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 09 mai 2013, 17:18:50


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 10 mai 2013, 21:38:27


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 11 mai 2013, 16:01:34

Olivier Besancenot veut changer " toute la cuisine " politique 02/05

Après Cahuzac, Guéant ? Face aux affaires, Olivier Besancenot a réclamé jeudi un changement de "toute la cuisine" politique, empêtrées dans ses nombreuses casseroles.

Olivier Besancenot n'est pas un spécialiste en "art belge". L'ancien porte-parole du Nouveau Parti Anticapitaliste le concède volontiers. Aussi, lorsqu'on l'interroge sur les 500.000 euros retrouvés sur le compte principal de Claude Guéant et qui proviendraient, selon l'ancien ministre de l'Intérieur, de la vente de deux tableaux flamands, le postier ironise.

À l'instar d'un Jean-Luc Mélenchon qui veut donner un "coup de balai" dans la classe politique, Olivier Besancenot fustige l'accumulation des affaires, que ce soit au Parti socialiste ou à l'UMP. "Ce que je sais simplement, c'est que les casseroles de gauche s'accumulent aux casseroles de droite et c'est toute la cuisine qu'il faut changer", lance l'ancien candidat aux élections présidentielles de 2002 et 2007 sur l'antenne de i>Télé ce jeudi 2 mai.

Une somme de 500.000 euros a été retrouvée sur le compte principal de Claude Guéant. Ces fonds ont été découverts lors d'une perquisition au domicile de l'ancien ministre de l'Intérieur dans le cadre de l'enquête sur un présumé financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy de 2007. Claude Guéant a expliqué cette somme par la vente de deux tableaux flamands à un avocat étranger.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 13 mai 2013, 01:55:35

Besancenot : "Si Mélenchon va à Matignon, son balai se transformera en plumeau" 03/05

INTERVIEW DE LA SEMAINE - Dimanche, Olivier Besancenot répondra présent à la marche organisée à Paris par Jean-Luc Mélenchon, à l'occasion du premier anniversaire de la présidence Hollande. Mais l'ancien candidat à la présidentielle n'est pas pour autant sur la même ligne que le leader du Front de gauche, dont il dénonce "l'ambiguïté". "Il faut arrêter de bégayer lorsque la question d'être ou de ne pas être dans l'opposition est posée", juge Olivier Besancenot. Quant à François Hollande, il estime qu'il est "en train de faire" ce que "Nicolas Sarkozy a promis".

(...)

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré