Le NPA

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 06 janv. 2013, 19:27:48

wesker a écrit :Nico37, historiquement, ceux qui ont pris le pouvoir autrement que par des urnes l'ont fait par des coups d'états, des putschs, de la violence et de la terreur....Tu conviendras tout de même que ceux qui, comme moi propose de convaincre plutôt que de contraindre peuvent ensuite avoir du mal à accepter des leçons d'humanismes de ceux qui prônent la terreur.
La prise de pouvoir se fait avec le soutien du prolétariat. Si le prolétariat est dessaisi de cette prise de pouvoir, c'est la contre-révolution...
ÉGALITÉ DES DROITS : RASSEMBLER CONTRE LA RÉACTION Hebdo Tout est à nous ! 176 (03/01/13)

Les derniers jours de 2012 laisseront à toutes celles et tous ceux qui luttent depuis des années pour la régularisation de tous les sans-papiers un goût amer. Celui d’un premier flic de France, soi-disant « socialiste », droit dans ses bottes, assumant de livrer aux autorités algériennes deux grévistes de la faim, arrachés à leurs camarades de lutte, expédiés dans un sinistre camp de rétention puis embarqués de force sur un vol Paris-Alger.
Que pouvait-on faire de pire en matière d’affichage de la politique que l’on entend mener en ce qui concerne les plus opprimés, les plus exploités par le patronat que ces expulsions ? Qu'y-a-t-il de différent avec les pratiques révoltantes de la droite que nous n’avons cessé de dénoncer pendant le règne de Nicolas Sarkozy ? Tel un Hortefeux ou un Guéant, Manuel Valls n’est habité que par une obsession, celle de ne pas apparaître comme laxiste par rapport aux exigences de la droite et de l’extrême droite. C’est toute une politique de renoncement qui est en train de se mettre en place, et qui ne concerne pas seulement l’abdication devant la loi du marché, mais aussi l’abandon des promesses timides contenues dans le programme de Hollande.

Concentration homophobe et raciste

Devant un tel profil de capitulation, la droite et l’extrême droite se sentent pousser des ailes, et fortes du succès de leur première manifestation contre le mariage pour touTEs, elles entendent faire du 13 janvier une grande journée de mobilisation qui dépasserait la seule question du mariage. Leurs ambitions sont énormes, et d’ores et déjà cette journée est présentée comme un véritable bras de fer avec le gouvernement. Par trois cortèges convergents, la réaction entend nous faire un remake des manifestations en faveur de l’école « libre » en 1984. Le ban et l’arrière-ban sont convoqués à cette occasion pour participer à une sorte de référendum de rue contre un gouvernement qui représenterait les « valeurs de la gauche ».
L’UMP, pressée de tourner la page du fiasco de l’élection de son président, en fait un élément majeur de sa rentrée politique. Les groupes Nationalité citoyenneté identité, et Égalité réconciliation tentent – seuls pour l’instant – de transformer l’objectif initial de la manifestation pour en faire également un grand raout raciste et xénophobe. Seul le Front national semble aujourd’hui embarrassé par ce qu’il décrit comme un « dérivatif » par rapport à la situation sociale. Peu désireux de se compter face à l’UMP, ses responsables devraient y participer en ordre dispersé.

L'égalité vraiment pour touTEs  !

De notre côté, la réussite de la manifestation massive et dynamique du dimanche 16 décembre a sans conteste été un formidable moment de mobilisation qui permet d’envisager la suite avec optimisme, et le grand rassemblement du 27 janvier devrait concrétiser l'exigence de ne pas accepter une loi au rabais, dénaturée par la remise en cause éventuelle du droit à la procréation médicalement assistée. Mais, pour cette manifestation du 27 janvier, les anticapitalistes ne sauraient limiter leurs revendications en matière d’égalité au seul droit au mariage, même si cette échéance reste un enjeu central dans l’affrontement avec la réaction. Au-delà du droit au mariage pour touTEs, c’est la question générale de l’égalité des droits qui est posée. Elle englobe la question de la régularisation de tous les sans-papiers, travailleurs ou pas, du droit de circulation, et du droit d’installation. Nous n’entendons pas, en tant qu’anticapitalistes, définir des priorités entre les oppressions, et la question du droit de vote pour tous les étrangerEs, à toutes les élections nous paraît une échéance tout aussi centrale que les autres.
Face à la répression des sans-papiers et à la systématisation des expulsions, face à la montée du racisme et de l’islamophobie, face à la montée de l’intolérance et à l’émergence de groupes ouvertement fascistes, c’est à la reconstruction d’un mouvement unitaire et offensif que nous somme confrontés. Il y a urgence, le NPA en fera une de ses priorités dans les semaines à venir.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 08 janv. 2013, 00:23:41

RETRAITES : UNE NOUVELLE RÉFORME EN 2013 ? Yann Cézard Hebdo Tout est à nous ! 176 (03/01/13)

Le 19 décembre dernier, le Conseil d’orientation des retraites (le COR, cet organisme d’« experts » et « partenaires sociaux » installé par Chirac en 2000, pour produire un prétendu « diagnostic partagé ») a publié un nouveau rapport sur les perspectives de financement des retraites. Il vise à préparer de nouvelles régressions sociales.
Sur la base d’hypothèses économiques jugées « optimistes » (un taux de croissance du PIB de 2 % par an à partir de 2014 et une décrue du chômage), le COR estime que le déficit de l’ensemble des systèmes de retraites (général, fonctionnaires, non salariés, régimes spéciaux) passerait de 14 milliards d’euros en 2011 (0, 7 % du PIB) à 18, 8 milliards en 2017 (0, 9 % du PIB), puis de 20 à 25 milliards d’euros en 2020 selon les différents scénarios envisagés.
Sans surprise, le COR propose d’élever le taux de cotisation de 1, 1 point, ou de baisser de 5 % le montant des pensions, ou de retarder encore de 9 mois l’âge de départ à la retraite. Ou un cocktail de ces trois options.

La démographie a bon dos

Comme d’habitude, le diagnostic censé justifier ces nouvelles régressions met en avant un seul élément : la démographie. Le déficit aurait pour source essentielle le nombre croissant de retraitéEs par rapport aux actifs, les effets retardés du « baby boom », l’élévation de la durée moyenne de vie. Même si ce déficit est bien sûr aggravé par la crise et la montée du chômage.
Ce que le COR et toute la classe politique autoproclamée « responsable », PS et UMP en tête, se gardent bien de rappeler, c’est que la productivité des actifs a au moins doublé depuis trente ans. De quoi largement compenser cette évolution démographique. Mais ces gains ont été entièrement confisqués par les entreprises, leurs propriétaires, les rentiers. L’installation durable du chômage de masse, la généralisation de la précarité, la baisse de dix points de la part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises entre 1982 et aujourd’hui, ont asséché les caisses de retraites.
Les calculs du COR peuvent d’ailleurs donner une petite idée des conséquences du chômage sur ce déficit : en 2020, le « trou » serait de 20, 1 milliards d’euros avec un taux de chômage de 7, 3 %, contre 24, 9 milliards avec un taux de 7, 8 %. 0, 5 % de chômage en plus ou en moins, 5 milliards de différence !

Que nous préparent les socialistes ?

Officiellement le gouvernement attend un nouveau rapport du COR sur l’état des différents régimes, pour le 22 janvier. Il devrait ensuite désigner une « commission pour l’avenir des retraites » qui proposerait « différentes pistes de réforme ». Le gouvernement, courageusement caché derrière de soi-disant experts impartiaux, engagerait alors une nouvelle réforme des retraites, avant la fin de l’année 2013.
Une réforme « de gauche » bien sûr : le ministre de l’économie Moscovici a déjà promis des évolutions « justes » intégrant « la pénibilité et les carrières interrompues ». Il annonce ainsi les nouveaux sacrifices (sur l’autel du profit) en annonçant les leurres et carottes devant accompagner un nouveau recul du départ à la retraite. Tout cela au nom de la nécessité de « sauver les retraites » ! Parions même que Hollande s’appuiera sur la baisse déjà effective des pensions. Cette année, déjà, les complémentaires de 11 millions de salariés du privé vont baisser, car elles seront revalorisées en deçà de l’inflation…

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 09 janv. 2013, 00:24:37

Orbec. Olivier Besancenot soutient les postiers 08/01

Olivier Besancenot (Nouveau parti anticapitaliste), en tant que postier, apporte son soutien aux postiers d’Orbec qui se sont mobilisés, mercredi dernier, contre la réorganisation et la fermeture programmée de leurs bureaux.

« Les réorganisations incessantes que nous connaissons tous ont un seul objectif : faire de l’entreprise une machine à faire des profits, aux dépens de la santé des postiers et du service public, indique-t-il dans un communiqué. La mobilisation des postiers est déterminante pour stopper les réorganisations et les suppressions d’emploi. Il est possible de faire reculer la direction, si nous réussissons à regrouper les résistances, quels que soient les services ou les bureaux. » Et de poursuivre : « La direction de La Poste finira par payer un jour cette destruction du service postal. »

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 09 janv. 2013, 13:03:48

En matière de retraites, de déficits budgétaires, de pouvoir d'achat et d'emplois constituent des préoccupations majeures des prochaines années, au vu de ses nombreuses incidences sur l'économie.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 10 janv. 2013, 00:23:26


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 12 janv. 2013, 00:02:24

Usine Haribo d'Uzès : Philippe Poutou défend un salarié menacé de licenciement 10/01

250 manifestants se sont rassemblés ce matin devant l'Usine Haribo pour soutenir ce salarié. (TVSUD)
Ce matin dès 10 heures, 250 manifestants dont Philippe Poutou, brandissaient des drapeaux de la CGT, du PC et du NPA entre autres, devant l’usine Haribo à Pont-des-Charrettes, pour soutenir un collègue, Jean-Christophe Jolbert, menacé de licenciement pour faute grave.

(...)

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 12 janv. 2013, 17:27:43

CONGRES NATIONAL : LE NPA EN DÉBAT
Hebdo Tout est à nous ! 177 (10/01/13)


Dans le cadre de la préparation du deuxième congrès du NPA qui se tiendra du 1er au 3 février 2013, nous ouvrons nos colonnes aux positions autour de la discussion sur le projet du NPA.

Tribune W : Pourquoi « Réappropriation du NPA par toutes et tous » ?

Notre plate-forme est née de la volonté de mener autrement le congrès afin qu’au-delà des enjeux de pouvoir, il soit une échéance démocratique par le bas, à partir des militantEs, des comités, de leurs préoccupations et expériences.
Double constat : le NPA ouvert à touTEs les ­anticapitalistes défini par les principes fondateurs n’est pas encore né ; le NPA, évitant les enjeux politiques de fond (forme d'organisation, rôle, implantation), s’est cristallisé autour de questions électorales.
Cette plate-forme entend repenser à la fois fonctionnement et orientation. C’est l’exigence d’auto-émancipation qui rend la question d’un fonctionnement plus démocratique indissociable de celle d’une intervention réactive sur le terrain du mouvement social et de la lutte des classes.

Un parti inclusif, aux pratiques aussi révolutionnaires que son projet !

Le NPA doit devenir un espace inclusif : un lieu de confiance, d’expérimentation. D’exploration et de politisation de nos colères, qui nous aide à les exprimer, les organiser, les comprendre. Pour cela, il nous faut revoir nos pratiques militantes, les mettre en cohérence avec ce projet révolutionnaire dans un contexte de défiance vis-à-vis des organisations traditionnelles.
Un parti de l'imagination : articuler programme d'urgence et projet de société
Nous devons prendre au sérieux le besoin d'« un nouveau rêve général ». Après l'échec des expériences « socialistes » du xxe siècle, il est temps de remettre l'imagination au pouvoir, d'esquisser un monde libéré de toutes les formes d'exploitation et de domination. Pour cela nous ne pouvons pas nous limiter à notre programme d’urgence : nous devons oser parler de ce projet de société que nous portons, oser alimenter l’espoir pour alimenter les luttes.

Un parti des luttes, de toutes les luttes

Le projet révolutionnaire ne se dessine qu’au fil de nos confrontations dans les luttes, pas dans les salles de notre parti, à l’aune de textes fétichisés. Il est temps de revenir sur nos activités, notre implantation militante, apprendre des défaites et nous nourrir des expériences victorieuses. Prendre au sérieux le fait que les luttes, comme les oppressions, sont plurielles et multiples, et qu’exploitéEs et oppriméEs se mettent en mouvement aussi diversement.
Ces questions sont intimement liées et nous entendons les porter afin que toutes les militantEs puissent s’en saisir, et en débattre. Nous désirons ainsi relancer une dynamique vitale pour l’avenir de notre projet anticapitaliste.

Tribune : Oser le NPA !

Un des enjeux essentiels de notre congrès est de rassembler tous les camarades qui n’ont pas abdiqué du projet du NPA : regrouper les anticapitalistes sur une base d’indépendance vis-à-vis des institutions et des partis qui les gèrent, pour une transformation révolutionnaire de la société. Un parti pour le socialisme, écologiste, féministe, internationaliste, démocratique, large. C’est le cas de toutes celles et ceux qui sont restés au NPA après la scission de la GA. Or, et c’est un des paradoxes de notre situation, c’est sur la discussion sur le projet du NPA que certains camarades de la Y ont choisi de se constituer en plate-forme. Ils invoquent pour ce faire le bilan. Encore faudrait-il préciser quel bilan, le bilan de qui.
Mais il y a d’abord un premier bilan à faire : avons-nous eu raison, oui ou non, de créer le NPA ? Le projet de regrouper anticapitalistes et révolutionnaires pour construire un parti large et ouvert, est-il toujours d’actualité ? Nous répondons oui. Le choix de dépasser les limites du mouvement révolutionnaire, la volonté d’agir en parti s’adressant à l’ensemble des travailleurs, de la population, et non pas seulement en opposants plus ou moins critiques des vieux partis du mouvement ouvrier, est plus que jamais d’actualité. Pour répondre aux urgences créées par la crise, il est nécessaire de rompre avec les conceptions des petits groupes qui croient aux proclamations.
Répondre à la crise du NPA, c’est, à cette étape, rassembler toutes celles et ceux qui n’ont pas abdiqué de construire un parti indépendant des réformistes, c’est redonner vie au projet d’un parti où puissent trouver leur place toutes celles et ceux qui en partagent le programme, quel que soit leur niveau d’investissement. D’un parti creuset rassemblant des histoires et des traditions différentes.
C’est dans le cadre de ce projet commun, d’une solidarité collective, qu’il nous faut mener le débat sur le parti, de façon concrète, pratique, militante. Loin des recettes et des incantations, discutons à partir de nos expériences comment nous pourrions nous implanter dans les entreprises, les quartiers populaires, la jeunesse. Comment nous pourrions améliorer notre efficacité dans nos interventions. De même nous ne pouvons mener sérieusement le débat sur l’orientation politique qu’en vérifiant ensemble pas à pas ce qui permet le mieux de répondre aux besoins de la situation, des mobilisations, d’armer les consciences.
C’est ainsi que le congrès pourra remplir sa tâche : redonner vie, sans exclusive, au projet du NPA.

Galia Trépère, Sandra Demarcq et Manu Bichindaritz

Tribune Y : l’actualité de notre projet

Dans un contexte difficile d’offensive de la classe capitaliste pour faire payer aux classes populaires les frais de leur crise, avec l’aide active d’un gouvernement prétendument de gauche, nous avons besoin plus que jamais d’un parti comme le NPA capable d’assumer de manière conséquente son projet révolutionnaire.
Ce parti est aujourd’hui en crise. Le constater nous oblige à affronter lucidement cette question, sans nous dérober.
Cela veut dire en premier lieu oser faire des bilans, et ne pas se contenter de formules creuses qui se contentent d’appeler au rassemblement, en faisant croire que cela pourrait suffire pour relancer notre projet. L’expérience passée de la P1 depuis le dernier congrès devrait inciter pour le moins à la prudence…
Nous avons eu une vraie difficulté depuis la fondation du NPA : la croyance chez beaucoup de camarades qu’il y avait une sorte de boulevard à gauche du PS ; l’illusion en conséquence qu’il suffirait de rassembler « tous » les anticapitalistes sans prendre la mesure de ce qui était en train d’émerger avec le Front de gauche, sur des bases réformistes, mais se réclamant aussi de l’anticapitalisme. Cette partie du projet a échoué.
Mais il y a en même temps un autre aspect fondamental qui conserve dans la période actuelle une brûlante actualité : celui de vouloir construire un parti pour l’émancipation des travailleurs par eux-mêmes, dans la lutte de classe, par en bas, en rompant avec l’esprit de combinaison politicienne, les jeux d’alliances, les interpellations dans le vide.
Malheureusement, nous n’avons pas su faire suffisamment du neuf, en nous laissant enfermer jusqu’à présent dans les questions électorales ; en affirmant notre volonté d’implantation dans les entreprises, la jeunesse et les quartiers, mais en discutant très peu du « comment », en particulier au niveau de la direction, sans définir de réelles priorités dans notre travail militant. Ou en se contentant d’interpellations des autres organisations, sans se donner les moyens de mener une réelle politique unitaire, capable de s’appuyer sur des mouvements réels, où l’on tente de jouer un rôle.
Nous ne pouvons que regretter que les camarades de la PX n’aient pas eu envie d’assumer cette discussion jusqu’au bout, préférant dans un premier temps bricoler un projet de texte en tentant de prendre des formules à droite et à gauche sans cohérence aucune, puis renonçant à défendre ce qu’ils veulent vraiment.
La démocratie dans le parti exige d’expliciter auprès des camarades ce que chacun propose et de le soumettre à leur appréciation.

Tribune Z : ni « gouvernement anti-austérité », ni para-syndicalisme : pour un NPA révolutionnaire !

Dans le précédent Tout est à nous !, nous avons présenté la plateforme Z. Revenons ici sur les autres.
Le Congrès a lieu dans un contexte de crise du parti. Celle-ci, certes aggravée par la scission de la GA, s’exprime surtout par la perte largement antérieure de 3/4 de nos effectifs. Il y a un enjeu évident à tirer un bilan à la lumière de l’expérience et des insuffisances du projet de départ pour redéfinir nos axes et nos tâches.
Or la majorité sortante (PX) déconnecte bilan et perspectives. Elle prétend n’avoir aucune responsabilité dans la crise : la GA serait cause de tous les maux ! Au lieu d’élaborer une stratégie révolutionnaire concrète, elle répète en boucle les principes fondateurs. Au lieu d’engager la construction du parti dans le prolétariat et la jeunesse, elle continue à raisonner en termes d’« espaces » politiques et propose une « opposition de gauche » avec le FdG, axée sur l’objectif d’un « gouvernement anti-austérité ». Cela n’a rien à voir avec un réel gouvernement des travailleurs qui romprait avec le capitalisme et les institutions : la PX lui donne comme cadre l’appel à ce que « les États » (sans préciser leur nature de classe) cessent d’être soumis à « l'oligarchie financière » et soient « en mesure de contrôler et de diriger l'activité économique » : on est loin du renversement révolutionnaire de l’État bourgeois !
Les camarades de la PY avancent des éléments de bilan, des propositions avec lesquelles nous sommes d’accord (délimitation par rapport au réformisme, priorité à la lutte de classes). C’est pourquoi nous leur avons proposé (hélas sans réponse) de discuter et défendre ensemble des axes communs. Mais la PY reste à mi-chemin. Elle fait appel aux « luttes », mais le programme qu’elle avance ne s’articule pas systématiquement à la nécessité de la prise du pouvoir. Selon elle, la question du gouvernement des travailleurs ne se pose que dans certaines circonstances ou si l’on nous demande notre projet politique. De plus, la PY comme telle ne défend aucune position sur le sujet brûlant de la Grèce (ses membres ont des positions contradictoires) et elle néglige les questions anti-impérialistes.
La PW critique le fonctionnement du NPA à juste titre : nous partageons le projet d’un parti plus actif, plus démocratique et plus fraternel. Mais il ne peut y avoir de redressement et d’enthousiasme sans changer l’orientation et défendre un programme clair ; or voter pour ce texte ne donne aucun mandat en ce sens.
Seule la PZ propose à la fois un programme de transition révolutionnaire, la priorité à la lutte des classes et un fonctionnement démocratique.
Daniela (93), Ludivine (75), Ludovic (75), Manu (28), Marie (75) et Vincent (68), membres du CPN sortant.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 13 janv. 2013, 14:11:57

NON À L’INTERVENTION MILITAIRE FRANÇAISE AU MALI Montreuil, le 11 janvier 2013

Qui a dit que la Françafrique c’était fini ? Hollande n’avait pas de mots assez durs lors de sa campagne pour dénoncer la politique de domination de l’Afrique par la France. Au mois d’octobre lors de son déplacement à Dakar il déclarait même " Il y a la France et il y a l’Afrique ! "

Tu parles Charles !

3 mois après il annonce le déclenchement de l’intervention militaire au Mali ! Il est passé du « nous n’interviendrons pas » au « nous protégerons nos ressortissants » pour finir à l’intervention directe.

L’ancienne puissance coloniale n’entretient pas des troupes sur ce continent pour rien. Elle poursuit, dans la tradition de tous les gouvernements qui se sont succédés, son rôle de gendarme, pour protéger ses intérêts, pour soutenir les gouvernements qui sont à sa botte. La menace islamiste constitue le paravent de cette opération militaire.

Le NPA dénonce cette intervention militaire impérialiste décidée par Hollande, une fois de plus sur le dos des peuples ! Ce n’est pas de cette façon que les maliens se libéreront de tous les fondamentalismes.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 13 janv. 2013, 19:13:13

Le NPA considèrerait il que nous devrions laisser les islamistes agresseurs du Mali massacrer et imposer une religion dans sa définition radicale ?

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 13 janv. 2013, 19:26:18

wesker a écrit :Le NPA considèrerait il que nous devrions laisser les islamistes agresseurs du Mali massacrer et imposer une religion dans sa définition radicale ?
Que c'est au peuple malien de se débarasser à la fois religieux et des politicards qui sont incapable de les en débarasser. Quelques 100aines de djihadistes bien équipés et surentraînés ne font pas le poids par rapport à des 100aines de milliers de conscrits et ex conscrits...

Avatar du membre
Pent
Messages : 717
Enregistré le : 01 janv. 2013, 21:19:52
Parti Politique : République Solidaire (RS)

Re: Le NPA

Message non lu par Pent » 13 janv. 2013, 19:40:24

C'est égoïste au possible de dire ça, comment tu veux qu'ils se sauvent seuls, ils étaient pratiquement entièrement conquis, t'aurais préféré que les USA nous laisse crever en 14-18, 39-45? Non, donc il faut aider les autres face au terrorisme, c'est le minimum, surtout que sans une intervention la prochaine cible après l'Afrique c'était nous.
Image
La fin de l’espoir est le commencement de la mort.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 13 janv. 2013, 20:01:15

Pent a écrit :C'est égoïste au possible de dire ça, comment tu veux qu'ils se sauvent seuls, ils étaient pratiquement entièrement conquis, t'aurais préféré que les USA nous laisse crever en 14-18, 39-45? Non, donc il faut aider les autres face au terrorisme, c'est le minimum, surtout que sans une intervention la prochaine cible après l'Afrique c'était nous.
La nécessité c'est d'arrêter de soutenir les dictateurs qui chuteront sous la pression populaire. Le Mali compte des 100.000 aines de milliers de concrits et ex conscrits, ce n'est pas un problème.
Il est même permis de se demander si comme pour les Talibans en Afghanistan, la France n'a pas laissé faire les djihadistes locaux pour reprendre la main en ex AOF...

Avatar du membre
Pent
Messages : 717
Enregistré le : 01 janv. 2013, 21:19:52
Parti Politique : République Solidaire (RS)

Re: Le NPA

Message non lu par Pent » 13 janv. 2013, 20:16:38

Et bien voilà, il fallait que ça arrive, c'est arrivé, "La France est arriver comme au temps des colonies" (...). La population locale est unanimement favorable à cette intervention et les règles imposaient par l'ONU ont été respectés.
Image
La fin de l’espoir est le commencement de la mort.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 25747
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Le NPA

Message non lu par El Fredo » 13 janv. 2013, 21:40:59

Le NPA, ou les idiots utiles d'AQMI.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 13 janv. 2013, 21:58:10

El Fredo a écrit :Le NPA, ou les idiots utiles d'AQMI.
Le PS, ou les idiots utiles de la bourgeoisie impérialiste :mrgreen:

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré