Le NPA

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 16 déc. 2012, 12:17:15

Ce qui est évident est que durant la campagne les socialistes ont crée un sentiment auprès des français et qu'aujourd'hui au pouvoir ils reprennent l'argument de la crise et la nécessité de faire des efforts pour surmonter les difficultés.

Les révolutionnaires, qui pour certains espéraient une réorientation ou, à tout le moins, un léger mieux, peuvent s'estimer déçus mais n'en sont hélàs qu'à leur début car les revendications patronales se font, chaque jour plus dures, plus exigeante et les socialistes, pour respecter les engagements qu'ils ont pris devant les instances européennes, se voient contraints de les satisfaire.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 16 déc. 2012, 13:12:55

wesker a écrit :Ce qui est évident est que durant la campagne les socialistes ont crée un sentiment auprès des français et qu'aujourd'hui au pouvoir ils reprennent l'argument de la crise et la nécessité de faire des efforts pour surmonter les difficultés.

Les révolutionnaires, qui pour certains espéraient une réorientation ou, à tout le moins, un léger mieux, peuvent s'estimer déçus mais n'en sont hélàs qu'à leur début car les revendications patronales se font, chaque jour plus dures, plus exigeante et les socialistes, pour respecter les engagements qu'ils ont pris devant les instances européennes, se voient contraints de les satisfaire.
Certains mais maintenant que tous les soc' dém' du NPA sont partis au FdG, il n'est plus question d'illusions mais de coordination des luttes et entre PSA et Florange, c'est déjà une base solide...

[BBvideo 600,350]http://www.youtube.com/watch?v=KGC7ZJ492_4[/BBvideo]

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 16 déc. 2012, 20:31:02

En clair, en restant entre idéalistes on s'entend mieux, on est souvent d'accord entre soi, mais est ce la manière la plus efficace de réunir une majorité et de pouvoir agir concrètement sur le quotidien des français ? Ah mais oui, c'est uniquement par les luttes qu'on fait avancer les choses, selon toi.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 16 déc. 2012, 20:37:19

wesker a écrit :En clair, en restant entre idéalistes on s'entend mieux, on est souvent d'accord entre soi, mais est ce la manière la plus efficace de réunir une majorité et de pouvoir agir concrètement sur le quotidien des français ? Ah mais oui, c'est uniquement par les luttes qu'on fait avancer les choses, selon toi.
La lutte contre la casse du service public postal l'illustre : de Bègles à Nanterre, c'est par des luttes très dures que la direction départementale a reculé...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 16 déc. 2012, 20:48:56

A ceci près qu'en réalité, vous n'avez fait que déplacer les difficultés. Ces dernières résultent d'une austérité exigée par les marchés et par la politique qui s'intitule l'harmonisation européenne et qui est rarement dénoncé par les formations qui, sur le devant s'opposent à ces orientations mais approuvent, signent et gèrent ensemble les collectivités au lendemain d'une ratification des traités, textes qui le prévoient. A un moment il faut être cohérent.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 18 déc. 2012, 01:06:11

NANTES. ARCELORMITTAL: PHILIPPE POUTOU (NPA) AVEC LES GRÉVISTES DE BASSE-INDRE 11/12

Porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et ancien candidat à la présidentielle de 2012, Philippe Poutou est venu ce matin apporter son soutien aux salariés de l'usine ArcelorMittal de Basse-Indre, en grève depuis hier.
Pour lui, "la seule solution pour défendre les emplois des salariés d'ArcelorMittal, Petroplus, Sanofi, PSA ou Alcatel-Lucent, et empêcher les patrons de faire ce qu'ils veulent, c'est la nationalisation".

En milieu de matinée, un huissier mandaté par la direction est venu constater le blocage du site. Une centaine de salariés, dont une majorité de cadres et d'agents de maîtrise, ont fait savoir qu'ils voulaient reprendre le travail. Mais le personnel de production entend poursuivre la grève jusqu'à vendredi matin.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 19 déc. 2012, 01:18:27

Béziers : la droite est de retour, bravo la " gauche " !

18 décembre : La droite, par la bouche de son nouvel élu, dénonce ..."la désespérance" suscitée par le gouvernement et le risque que celle-ci devienne "révolte" ! Il ne reste plus à Ayrault qu'à faire monter en première ligne Valls pour rassurer Aboud !


Voilà, en ce lendemain électoral, l'image abracadabrantesque d'une droite triomphante moins de sept mois après la victoire socialiste. Cela se passe à Béziers après la déculottée monumentale reçue par la candidate dudit gouvernement au deuxième tour de la législative partielle. Valls, ce qu'il y a de plus à droite dans un gouvernement de gauche déjà bien calé à droite, était pourtant venu délivrer le message subliminal aux électeurs que justement voter à gauche c'était déjà voter à droite !

Rien n'y a fait. Comme nous l'avions prédit dans notre clairvoyance aiguisée, la défaite a été au rendez-vous d'une abstention maintenue (58,4%) au niveau très élevé du premier tour et d'une démobilisation populaire : le syndrome social-libéral, élégamment porté par le sinistre de l'Intérieur, du "gagner à droite" s'est tout classiquement mué en "faire gagner" une droite pourtant nationalement implosée par la rivalité de ses roitelets ! La gauche social-libérale a de ces prouesses ...

Les analystes fixistes-essentialistes (il y en a beaucoup à gauche et même très à gauche) nous ressortiront la rengaine, à vocation consolatrice et surtout dépolitisante, de "la ville à droite qui revient tout naturellement (!) à la droite". Outre qu'ils mettent le doigt dans l'engrenage qui fait de Valls l'ambassadeur "naturel" de la gauche dans une ville supposée foncièrement "fixée" à droite, ces fins commentateurs finissent d'y passer le bras et nous fourguent en contrebande l'idéologie du "la France est profondément de droite, il faut s'adapter à la réalité" en tâchant d'y insinuer juste ce qu'il faut (mais pas trop, voir les tergiversations sur le "mariage gay" !) de réformes sociétales. Histoire que le roi ...de la gauche libérale ne soit pas totalement nu ! Le fait est que la clé de la mobilisation des abstentionnistes, des couches populaires, est, dans ce mode de pensée, enterrée d'emblée comme est enterrée de fait toute velléité de (re)construire le socle d'une gauche ...de gauche !

Voilà, en tout cas, qui signe à Béziers, par-delà toutes les circonstances locales qu'on voudra convoquer (Fulleda par ci, Navarro par là, le Front de gauche qui se désunit ici, PCF, contre là, PG), ce qui immanquablement advient de la politique de la gauche gouvernementale : elle prépare le retour d'une droite d'autant plus conquérante et dangereuse (Aboud, le vainqueur du jour a les deux pieds dans le terreau idéologique du FN !) qu'elle n'a le plus souvent qu'à poursuivre les fondamentaux gestionnaires de la gauche qui lui a labouré le champ social et politique en ciblant et démobilisant le "bon peuple". Et ce n'est pas le misérable, voire l'insultant, coup de pouce donné aujourd'hui au Smic (2,5 centimes l'heure !) qui changera le tableau de la défaite annoncée de la gauche, non plus seulement à Béziers, mais aussi au niveau national. Car Béziers doit nous servir d'alerte : une gauche de gauche n'aurait peut-être, probablement, pas gagné cette partielle, mais elle aurait mené le combat ...contre la "gauche" et inscrit dans le temps les repères et balisages d'une contre-offensive antiaustéritaire ciblant le capital et ses serviles agents.

Le défi est là pour tous ceux qui se battent : les duettistes, PS et UMP, qui travaillent à la défaite du monde du travail, étant à la manoeuvre de l'alternance électoraliste tueuse de l'alternative sociale et politique, il s'agit de faire émerger le "tiers exclu" de ces simulacres électoraux, celui qui avait réussi à amorcer le "tous ensemble" de la défense des retraites de 2010. C'est lui, le mouvement social, qui doit recommencer à poser les jalons de la lutte sans réserve contre les plans gouvernementaux de casse de l'emploi, des salaires, de la protection sociale, etc.; c'est lui aussi qui doit repenser ce qui a mis un coup d'arrêt à l'exceptionnelle mobilisation de 2010 : une stratégie de journées saute-mouton de manifs affaiblissant les dynamiques d'extension en continu des grèves, le manque d'appels coordonnés à entrer en lutte, l'absence d'une dynamique, organisée avec méthode et surtout avec volonté à tous les étages syndicaux, d'entraînement des secteurs les moins mobilisés, la dilution des objectifs d'action dans des appels à négocier le non négociable (les droits à retraite !) et, last but not least, le manque de maîtrise par en bas de l'action menée dont ont profité les négociateurs professionnels des défaites.

Aujourd'hui c'est autour de la bataille contre les licenciements et pour les salaires que l'on neutralisera le syndrome de la défaite de Béziers avec l'impératif de se défaire de l'idée que les élections sont la voie royale pour créer le rapport de forces et gagner contre le capital. Car il s'agit bien, à Béziers, d'une défaite dans la défaite : celle du PS est bienvenue mais la victoire de la droite, qui plus est, de cette droite-là, est une défaite du monde du travail et des privés de travail car il est celui qui payerait très cher que le social-libéralisme continue à ouvrir la voie à un gouvernement dangereusement polarisé par le FN. Lequel FN n'est peut-être pas le perdant de cette élection partielle que certains imaginent !

Nous reviendrons prochainement plus en détail sur cette élection de Béziers

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 20 déc. 2012, 01:47:16


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 22 déc. 2012, 00:23:44

Tribune W - Pourquoi « Réappropriation du NPA par toutes et tous » ?

Notre plate-forme est née de la volonté de mener autrement le congrès afin qu’au-delà des enjeux de pouvoir, il soit une échéance démocratique par le bas, à partir des militantEs, des comités, de leurs préoccupations et expériences.

Double constat : le NPA ouvert à touTEs les ­anticapitalistes défini par les principes fondateurs n’est pas encore né ; le NPA, évitant les enjeux politiques de fond (forme d'organisation, rôle, implantation), s’est cristallisé autour de questions électorales.

Cette plate-forme entend repenser à la fois fonctionnement et orientation. C’est l’exigence d’auto-émancipation qui rend la question d’un fonctionnement plus démocratique indissociable de celle d’une intervention réactive sur le terrain du mouvement social et de la lutte des classes.

Un parti inclusif, aux pratiques aussi révolutionnaires que son projet !

Le NPA doit devenir un espace inclusif : un lieu de confiance, d’expérimentation. D’exploration et de politisation de nos colères, qui nous aide à les exprimer, les organiser, les comprendre. Pour cela, il nous faut revoir nos pratiques militantes, les mettre en cohérence avec ce projet révolutionnaire dans un contexte de défiance vis-à-vis des organisations traditionnelles.

Un parti de l'imagination : articuler programme d'urgence et projet de société

Nous devons prendre au sérieux le besoin d'« un nouveau rêve général ». Après l'échec des expériences « socialistes » du xxe siècle, il est temps de remettre l'imagination au pouvoir, d'esquisser un monde libéré de toutes les formes d'exploitation et de domination. Pour cela nous ne pouvons pas nous limiter à notre programme d’urgence : nous devons oser parler de ce projet de société que nous portons, oser alimenter l’espoir pour alimenter les luttes.

Un parti des luttes, de toutes les luttes

Le projet révolutionnaire ne se dessine qu’au fil de nos confrontations dans les luttes, pas dans les salles de notre parti, à l’aune de textes fétichisés. Il est temps de revenir sur nos activités, notre implantation militante, apprendre des défaites et nous nourrir des expériences victorieuses. Prendre au sérieux le fait que les luttes, comme les oppressions, sont plurielles et multiples, et qu’exploitéEs et oppriméEs se mettent en mouvement aussi diversement.

Ces questions sont intimement liées et nous entendons les porter afin que toutes les militantEs puissent s’en saisir, et en débattre. Nous désirons ainsi relancer une dynamique vitale pour l’avenir de notre projet anticapitaliste.

Tribune X - Plus que jamais, rassembler

Créer les conditions pour rassembler le NPA, et reprendre l’initiative avec l’objectif de redonner sa dynamique à notre projet commun, c'est-à-dire le regroupement des anticapitalistes ; construire un instrument démocratique pour les luttes d'émancipation, pour la transformation révolutionnaire de la société : tels sont les enjeux de ce congrès.

Bien des questions (bilan, projet, intervention féministe, fonctionnement) ne justifient pas une plate-forme séparée. Nous soutenons la nécessité d’un vrai débat sur la démocratie interne. Les principes fondateurs, l’idée d’un parti creuset rassemblant des expériences diverses cherchant par le débat démocratique à avancer ensemble définissent les grandes lignes de notre projet commun.

Mais face à l’approfondissement de la crise notamment en Europe, à l’offensive sociale, politique, idéologique des classes dominantes dont le gouvernement se fait l'agent, l'essentiel de nos discussions doit porter sur l'orientation. Comment, ces prochains mois, faire du NPA un outil utile au monde du travail, à la jeunesse pour défendre leurs droits, inverser le rapport de forces, prendre conscience qu'il n'y aura pas de sortie de crise sans leur intervention directe sur le terrain social et politique ?

Nous faisons des propositions dans la continuité des thèmes développés lors de la campagne présidentielle et de l’orientation majoritaire votée à la conférence nationale de juillet dernier. Cette orientation, c'est celle de l’unité dans les luttes, pour la construction d’une opposition de gauche, dans la perspective d'un gouvernement contre l’austérité, pour les droits des travailleurs et l’annulation de la dette, pour en finir avec le capitalisme. Une telle perspective – unitaire et radicale – ne peut être mise en œuvre que dans la confrontation avec le reste du mouvement ouvrier, pas dans l'isolement.

À ce congrès, nous voulons construire un socle commun rassembleur, autour d'un texte d'orientation largement partagé portant sur l’analyse des crises, de l’Europe et la situation française. Deux points font l'objet de désaccords suffisamment importants pour nécessiter la constitution d'une plate-forme : concernant la situation politique grecque et l'analyse de Syriza, et surtout sur le contenu que nous donnons ici à la politique de construction d'une opposition de gauche unitaire au social-libéralisme. Ces deux points renvoient à la façon dont les anticapitalistes manient la question du front unique, des revendications transitoires, du gouvernement des travailleurs et de leurs organisations.

Équipe d'animation de la plate-forme X

Tribune Y - De vrais bilans, un parti anticapitaliste et révolutionnaire pour l’intervention dans la lutte de classe

Le congrès doit être un point d'appui pour reconstruire notre parti après son affaiblissement. Pour aider notre classe à prendre le chemin de la contre-offensive face au patronat et au gouvernement et à s’émanciper des rapports d'exploitation, un parti anticapitaliste, qui défend une stratégie révolutionnaire, est plus que jamais nécessaire.

La première étape du congrès montre qu'il y a des points d'accords sur l'analyse de la crise capitaliste, sur l'ampleur des attaques des classes dominantes, sur le danger de l'extrême droite et l'actualité de notre projet socialiste.

Mais des désaccords demeurent.

Un vrai bilan est nécessaire, qui ne se contente pas de répéter les principes fondateurs et des formules générales car ne pas analyser nos erreurs et nos faiblesses, c'est risquer de les reproduire. L’erreur fondamentale a été de croire que le NPA était seul à gauche du PS, ce qui l’a empêché de réagir à l’émergence du Front de Gauche. De plus, le NPA a été obsédé depuis sa création par la tactique électorale au détriment de la construction et de l’organisation de l’action militante.

Aujourd’hui encore, notre analyse du FdG reste différente : nous considérons sa politique comme un obstacle à l'émancipation des travailleurs. Nous sommes tous d’accord pour le front unique pour et dans les luttes mais c'est par celles-ci et contre l'orientation de la direction du Front de Gauche que nous construirons une opposition ouvrière et populaire au gouvernement et au patronat. De plus, poser la question du pouvoir ne peut se faire en aucun cas avec les réformistes antilibéraux dans le cadre commun d’un gouvernement « anti-austérité ».

Nous voulons un parti des travailleurs pour l’intervention dans la lutte des classes, ce qui nécessite une politique volontariste d’implantation dans les entreprises principalement, mais aussi la jeunesse et les quartiers populaires. Un parti qui prend des initiatives pour les mobilisations, au premier plan les luttes ouvrières, tout en intervenant sur toutes les questions politiques. Un parti où la participation aux élections et, lorsqu’on a des élus, aux institutions, est secondaire, clairement subordonnée à l’intervention dans la lutte. Un parti qui donne à ses membres les moyens de militer, où les directions sont faites pour organiser l’activité et tracer des priorités militantes, où les débats et la formation sont contrôlées par les militantEs.

Antoine Larrache (CE, 75), Armelle Pertus (CE, 92N), Damien Dhelil (BSJ, 59), Gaël Quirante (CE, 92N), Jean-Baptiste Pelé (CE, 92N), Jean-François Cabral (CE, 93), Jean-Philippe Divès (CPN, 75), Marie-Hélène Duverger (CE, 76), Mathilde Eisenberg (CE, 92N)

Tribune Z - Soyons enfin à la hauteur de nos tâches : pour un NPA révolutionnaire !

Alors que la crise du capitalisme va entraîner des attaques terribles contre notre classe, il nous faut rompre avec une politique confusionniste qui est en grande partie responsable de la marginalisation de notre parti. Si nous nous réjouissons d’avoir contribué à un certain nombre de clarifications (sur la nature capitaliste antilibérale du Front de gauche, sur l’impasse des solutions keynésiennes à la crise), il faut en tirer toutes les conséquences politiques. C’est pourquoi nous proposons :

– de construire un NPA ouvertement révolutionnaire, articulant les revendications (comme l’interdiction des licenciements ou la sortie du nucléaire en 10 ans) à l’objectif assumé du gouvernement des travailleurs et de la société socialiste, afin de ne pas laisser croire qu’il serait possible de les réaliser globalement et durablement dans le cadre du système ;

– de clarifier la question de « l’unité » : celle-ci doit être recherchée pour combattre les attaques du patronat et du gouvernement, mais il faut cesser de soutenir des appels qui reprennent les analyses et le programme des réformistes. La formule ambiguë d’« opposition de gauche » confond volontairement les deux niveaux en laissant croire que nous aurions un programme politique commun avec le Front de gauche ;

– de construire le parti sur les lieux de travail, notamment dans les secteurs stratégiques du prolétariat, pour y mener un combat politique et prendre des initiatives pour regrouper tous les militants lutte de classe face aux bureaucrates syndicaux ;

– d’être plus concrètement internationalistes et anti-impérialistes, en mobilisant contre toutes les manœuvres et interventions de l’État français (au Mali, en Libye ou en Syrie notamment).

Les divergences politiques et les débats existent au sein du parti et il faut en discuter sans tabou. Ce n’est ni en faisant des accords d’appareils au sommet ni en limitant le droit des tendances et fractions qu’on va sortir de la crise. Il faut assurer l’expression de toutes les opinions et mener un vrai débat de fond. Pour que l’ensemble des camarades puissent s’approprier les débats et discuter l’orientation du parti, il faut une véritable politique de formation. Enfin, le CPN doit devenir la véritable direction du parti : le CE et les porte-parole doivent cesser de prendre des décisions et des positions sans contrôle réel de l’organisation.

Claude (55), Daniela (93), François (85), Ludivine (75), Ludovic (75), Manu (28), Marie (75), Vincent (68)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 22 déc. 2012, 13:18:51

Décrire un parti comme un parti de lutte est assez insuffisant. Une formation doit regrouper autour d'une ligne, d'un projet, de perspective d'avenir. J'ai davantage l'impression que ce parti se veut davantage dans l'agit provoc que dans la politique et c'est ce qui explique ses déboires électoraux....

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 23 déc. 2012, 00:17:24

wesker a écrit :Décrire un parti comme un parti de lutte est assez insuffisant. Une formation doit regrouper autour d'une ligne, d'un projet, de perspective d'avenir. J'ai davantage l'impression que ce parti se veut davantage dans l'agit provoc que dans la politique et c'est ce qui explique ses déboires électoraux....
Leur politique c'est la révolution donc c'est logique...
SOUSCRIPTION 2012 : DERNIÈRE LIGNE DROITE ! Hebdo Tout est à nous ! 175 (20/12)

Vous avez déjà lu plusieurs articles consacrés à la souscription ces dernières semaines ? Vous êtes plus Florange que « pigeon » ? Vous avez déjà été sollicités par l'unE de nos camarades, amiE, proche ou collègue par ailleurs ? Un carton de souscription se consume de solitude sur votre bureau depuis quelques semaines ? Vous refusez la politique clairement libérale et faussement sociale de François Hollande ?

Vous avez déjà prévu de revendre les cadeaux d'un aïeul peu perspicace ? Vous en avez marre des promesses non tenues, des reculades, des atermoiements, des compromissions, du suivisme, des silences coupables et des attaques du gouvernement ? Le treizième mois est en approche terrestre ? Vous considérez que le NPA est utile au mouvement social et à la défense de notre camp social ? Vous avez décidé de ne plus payer la redevance audiovisuelle ? Vous avez trouvé un billet de 500 euros par terre ? En voyage en Égypte, vous seriez place Tahrir et pas au pied des pyramides ? Vous luttez dans votre boîte et vous en avez marre des journées d'action sans lendemain ? Vous condamnez la lâcheté
(au mieux), voire la complicité de toutes les grandes puissances impérialistes dans la boucherie syrienne, alors qu'un authentique mouvement populaire lutte héroïquement depuis plus de 18 mois ? Vous avez gagné « la valise » de RTL ? Vous êtes révoltés par le sort réservé au peuple grec ? Pour vous, l'égalité des droits sociaux et politiques pour touTEs n'est pas un agrément moral ? Le silence médiatique sur la grève de la faim de 125 sans-papiers à Lille vous révolte ? Vous êtes plus Mediapart que Jean-Pierre Pernaut ? Le nucléaire est à vos yeux une énergie dangereuse dont il faut sortir au plus vite ? Vous êtes un généreux donateur du Trésor public ? Le sort des Roms vous donne des frissons et vous affecte d'un arrière-goût « années 30 » ? Pour vous, seule une opposition de gauche représente une alternative, tant au PS qu'à la droite et à l'extrême droite qui se préparent en coulisse ?
ALORS FAITES UN DON AU NPA, MAINTENANT !

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 23 déc. 2012, 14:32:25

nico37, tu conviendras avec moi que rouspéter, mettre en cause, gueuler, permets de se faire plaisir mais ne permets pas d'avancer.

Dialoguer n'est pas similaire à se soumettre, à se renier, à abandonner et à stagner, bien au contraire, il faut parfois faire preuve d'écoute pour pouvoir être entendu, respectés, écoutés. et alors être en mesure de faire avancer les choses. Le front de gauche l'ayant bien compris n'hésite pas à s'exprimer à se faire entendre, parfois fortement, il expose et manifeste ses arguments, ses oppositions au regard de certaines orientations mais entretient toujours un dialogue exigeant de manière à pouvoir être entendus, de certains élus de la majorité et du groupe socialiste qui peuvent approuver telles ou telles mesures et donc la faire adopter.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 23 déc. 2012, 20:12:41

wesker a écrit :nico37, tu conviendras avec moi que rouspéter, mettre en cause, gueuler, permets de se faire plaisir mais ne permets pas d'avancer.

Dialoguer n'est pas similaire à se soumettre, à se renier, à abandonner et à stagner, bien au contraire, il faut parfois faire preuve d'écoute pour pouvoir être entendu, respectés, écoutés. et alors être en mesure de faire avancer les choses. Le front de gauche l'ayant bien compris n'hésite pas à s'exprimer à se faire entendre, parfois fortement, il expose et manifeste ses arguments, ses oppositions au regard de certaines orientations mais entretient toujours un dialogue exigeant de manière à pouvoir être entendus, de certains élus de la majorité et du groupe socialiste qui peuvent approuver telles ou telles mesures et donc la faire adopter.
Pas de dialogue avec les ennemis de classe :!:

[BBvideo 600,350]http://www.youtube.com/watch?v=Xqfau7Qb45w[/BBvideo]

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 24 déc. 2012, 13:10:29

Des vérités et des évidences sur la situation de certains qui se prétendent patrons, alors qu'ils ne sont que managers, en copinage avec les politiques du milieux, mais hélàs peu de solution

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 24 déc. 2012, 23:14:09

PCF : NOUVELLE ÉTAPE VERS LE CONGRÈS Alain Krivine Hebdo Tout est à nous ! 175 (20/12/12)

La préparation du 36e congrès du PCF vient de franchir une nouvelle étape avec le vote des militantEs sur la plate-forme qui servira de « base commune pour la discussion ». Quatre textes ayant rassemblé chacun plus de 200 signatures venant de 10 fédérations différentes étaient soumis au vote.
Ces textes font partie d’une grosse brochure de 72 pages, contenant aussi des projets d’amendements aux statuts et des contributions, et ont été envoyés parfois très tardivement à tous les militantEs. Le texte majoritaire au Conseil national, « Il est grand temps de rallumer les étoiles, humanifeste du PCF à l’aube du siècle qui vient » a recueilli 73, 15 % des votantEs. Ce long document qui prône une « révolution citoyenne » appelle, au nom de la majorité de gauche, à un changement de cap de la majorité gouvernementale. En revanche, en dehors de généralités anticapitalistes souvent justes, il laisse cinq débats ouverts sous forme de fenêtres. Des questions aussi marginales que les rapports avec le gouvernement ou la structuration du Front de gauche…

Des oppositions internes

Le premier texte alternatif a reçu 11, 08 % : « Unir les communistes pour un PCF de combat marxiste populaire et rassembleur ». Il se prononce pour un Front de gauche qui doit rester un cartel, avec un PCF plus audacieux et plus marxiste. CertainEs de ses signataires se trouvaient lors du congrès précédent avec les signataires d’une autre plate-forme assez proche intitulée « Un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe. Ni abandon ni effacement ». Ceux-ci vont plus loin dans l’orthodoxie et n’hésitent pas à défendre le socialisme de l’URSS, demandant carrément à ce que le PCF quitte le Front de gauche, un front réformiste dans lequel il se noie. Ce texte n’a recueilli que 5, 82 % des voix.
Enfin reste le troisième texte alternatif : « Combattre l’austérité, en finir avec le capitalisme » du groupe « La riposte », texte qui a rassemblé 9, 95 % des voix, soit beaucoup moins qu’au dernier congrès. Ce document très habile se veut « anti-stalinien » de gauche avec parfois des analyses proches du trotskysme. Mais fidèles au PCF, les signataires défendent la construction du Front de gauche et ce qu’ils croient être sa dynamique. En revanche, ils reprochent à la direction du PCF de ne pas assez faire apparaître le parti, et donc d'après eux les idées communistes et révolutionnaires.

Et beaucoup d'interrogations sur la suite

Désormais, les militantEs sont appeléEs à amender le texte majoritaire et ses cinq fenêtres. Il est clair que malgré sa crise, le PCF avec ses 8 000 éluEs conserve encore un sentiment légitimiste très fort dans un parti affaibli. La direction annonce 63 722 militantEs à jour de cotisation, dont 34 512 votants (1 037 nuls). Certes, environ 25 % des votants se sont prononcés, même de façon confuse, pour une orientation plus radicale. Mais le plus important ce sont les interrogations d'une grande partie des militantEs, notamment dans les entreprises.
L’acrobatie des dirigeantEs du PCF qui se disent « opposants à la politique du gouvernement mais pas dans l’opposition » commence à énerver bon nombre de communistes écœurés par la politique du PS, et inquiets de la politique abstentionniste des députés du Front de gauche sur les questions décisives, sans parler d’une méfiance accrue à l’égard de Jean-Luc Mélenchon.
Raison de plus pour engager partout où cela sera possible le débat et l’action commune avec nos camarades du PCF.

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré