Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
Avatar du membre
albert
Messages : 9879
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par albert » 14 juil. 2018, 05:47:32

L'incertitude n'est pas propice à la bonne marche des affaires, et de ce point de vue on peut reprocher à Theresa May d'avoir beaucoup tardé à prendre des décisions et à indiquer quel scénario de sortie elle voulait mettre en oeuvre. Deux ans après le référendum on est toujours dans le flou, c'est ça le véritable problème.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 17859
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Jeff Van Planet » 14 juil. 2018, 15:20:07

S'il y a des conséquences néfastes au brexit, c'est forcément de la faute à l'Europe et de la faute à ceux qui ne sont pas radicaux dans la sortie, c'est bien connu.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Hector
Messages : 6222
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Hector » 14 juil. 2018, 15:39:44

albert a écrit :
14 juil. 2018, 05:47:32
L'incertitude n'est pas propice à la bonne marche des affaires, et de ce point de vue on peut reprocher à Theresa May d'avoir beaucoup tardé à prendre des décisions et à indiquer quel scénario de sortie elle voulait mettre en oeuvre. Deux ans après le référendum on est toujours dans le flou, c'est ça le véritable problème.
Theresa May devrait plutôt organiser un referendum de confirmation ou infirmation, et le problème serait réglé pour longtemps.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Incognito
Messages : 2592
Enregistré le : 13 oct. 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Incognito » 14 juil. 2018, 15:54:31

Hector a écrit :
14 juil. 2018, 15:39:44
albert a écrit :
14 juil. 2018, 05:47:32
L'incertitude n'est pas propice à la bonne marche des affaires, et de ce point de vue on peut reprocher à Theresa May d'avoir beaucoup tardé à prendre des décisions et à indiquer quel scénario de sortie elle voulait mettre en oeuvre. Deux ans après le référendum on est toujours dans le flou, c'est ça le véritable problème.
Theresa May devrait plutôt organiser un referendum de confirmation ou infirmation, et le problème serait réglé pour longtemps.
Suis loin d’etre convaincu qu’un nouveau référendum donnerait un autre résultat. Perso, je pense qu’il vaut mieux que le RU quitte l’UE, dans l’interet à long terme de l’UE.
Dieu est mort. Marx est mort. Et moi-même je ne me sens pas très bien ... (Woody Allen)

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 17859
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Jeff Van Planet » 14 juil. 2018, 15:56:44

Incognito a écrit :
14 juil. 2018, 15:54:31
Hector a écrit :
14 juil. 2018, 15:39:44
albert a écrit :
14 juil. 2018, 05:47:32
L'incertitude n'est pas propice à la bonne marche des affaires, et de ce point de vue on peut reprocher à Theresa May d'avoir beaucoup tardé à prendre des décisions et à indiquer quel scénario de sortie elle voulait mettre en oeuvre. Deux ans après le référendum on est toujours dans le flou, c'est ça le véritable problème.
Theresa May devrait plutôt organiser un referendum de confirmation ou infirmation, et le problème serait réglé pour longtemps.
Suis loin d’etre convaincu qu’un nouveau référendum donnerait un autre résultat. Perso, je pense qu’il vaut mieux que le RU quitte l’UE.
Tout à fait d'accord: ces gens n'avaient rien à faire avec nous de toutes façons.

A la limite ce qu'ils devraient faire c'est d'organiser de nouvelles élections pour qu'un parlement pro "soft" ou pro "hard" brexit apparaisse clairement et qu'ils se débrouillent entre eux.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Hector
Messages : 6222
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Hector » 14 juil. 2018, 21:34:15

Sans doute, au UK comme ailleurs le clivage gauche-droite est dépassé et le clivage nationalisme - internationalisme est souvent prédominant.

Les choses sont un peu plus clair en France avec le centre macronien , l'aile droite nationaliste et souverainiste et l'aile gauche qui n'a pas d'idées.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
Jean
Messages : 4511
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Jean » 16 juil. 2018, 18:43:42

Incognito a écrit :
13 juil. 2018, 23:10:33
Jean a écrit :
13 juil. 2018, 17:08:21
On parle beaucoup des conséquences du Brexit alors qu'il n'a toujours pas eu lieu.

Dans un an on commencera seulement à identifier les premières évolutions...
Les économistes estiment que le RU a déjà perdu 2% de PIB à cause de la perspective du Brexit. Principalement parce que les entreprises investissent moins au RU, en particulier celles qui veulent desservir l’ensemble du marché de l’UE à partir d’un site spécifique.

Mais il est vrai que le fait que ce soit le RU qui parte est un plus pour ceux qui souhaitent le retrait de l'UE car le RU est le pays le plus à même de négocier un accord qui lui soit favorable car il a d'autres cartes dans son jeu. Sa taille, son histoire et l'efficacité de sa diplomatie le met en situation de négocier un accord intéressant pour lui qui pourrait servir de modèle à ceux qui souhaitent quitter l'UE.
A part sa taille, je ne vois pas beaucoup de cartes dans son jeu. L’efficacité de sa diplomatie? Looooool:
Before British voters went to the polls in June 2016, the institutions of the European Union (EU) were dismissed as ‘sclerotic, over-centralised and undemocratic’. Those same EU institutions are now portrayed as running rings around British negotiators. Here we find another – amongst many – of Brexit’s ironies.
http://blogs.lse.ac.uk/brexit/2018/07/1 ... ed-the-uk/
Peut-être sa langue non ?

Avatar du membre
johanono
Messages : 24262
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par johanono » 16 juil. 2018, 19:29:50

Brexit: l'idée d'un nouveau référendum fait son chemin

(LONDRES) Après deux ans de querelles gouvernementales et autres dissensions parlementaires sur le Brexit, l'idée que seul un nouveau référendum pourra trancher sur l'avenir du pays fait son chemin au Royaume-Uni.

Image

Article complet sur http://www.lapresse.ca/international/eu ... chemin.php
Cette perspective confirmerais ce que je pressens depuis longtemps : le RU est encore loin d'avoir quitté l'UE.

Avatar du membre
albert
Messages : 9879
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par albert » 16 juil. 2018, 19:53:42

La loi de retrait du RU de l'UE a été votée et promulguée. Il me semble difficile de revenir en arrière. De plus, je ne crois pas que les Britanniques aient changé d'idée, ils sont juste déçus par la façon dont Theresa May conduit les négociations, et on peut les comprendre. Faire un nouveau référendum serait très risqué politiquement.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
johanono
Messages : 24262
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par johanono » 16 juil. 2018, 20:02:50

J'ai lu certains articles de presse selon lesquels certains électeurs ayant voté pour le Brexit regrettent leur choix aujourd'hui. Il suffit que 5% des électeurs changent d'avis pour le "remain" l'emporte.

Incognito
Messages : 2592
Enregistré le : 13 oct. 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Incognito » 16 juil. 2018, 21:04:26

En théorie, il y a peut-être aujourd’hui une majorité pour rester dans l’UE. Mais si le RU change d’avis, ce serait un pays profondément divisé et humilié qui resterait dans l’UE. Ce n’est pas une bonne base de travail pour les 27. Je me demande si vous vous rendez compte du sentiment de supériorité nationale des britanniques vis-à-vis des autres européens qui est en fait à la base du Brexit. Mieux vaut laisser le Brexit suivre son cours. Je pense que le Brexit sera un échec et entraînera une profonde transformation culturelle du RU.
Dieu est mort. Marx est mort. Et moi-même je ne me sens pas très bien ... (Woody Allen)

Avatar du membre
Hector
Messages : 6222
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Hector » 16 juil. 2018, 21:48:59

johanono a écrit :
16 juil. 2018, 20:02:50
J'ai lu certains articles de presse selon lesquels certains électeurs ayant voté pour le Brexit regrettent leur choix aujourd'hui. Il suffit que 5% des électeurs changent d'avis pour le "remain" l'emporte.
J'ai lu la même chose.
Second Brexit referendum would see UK vote to remain in EU, new polling analysis shows

27 mai 2018, 10:56:06

‘Bluntly, older, mainly Leave, voters are dying – and younger, mainly Remain, voters are joining the electorate,’ expert says

Image




The UK would vote to remain in the EU if a second Brexit referendum were held, new polling analysis has suggested.


Peter Kellner, former president of YouGov and polling analyst, suggested that up to one million Labour supporters who voted Leave in the 2016 referendum are having second thoughts.


In an article for Prospect, he points out that YouGov has carried out 14 polls this year asking people if the UK was right or wrong to vote for Brexit.


Time to ‘face the reality’ of Brexit, EU’s chief negotiator tells UK


“Thirteen of 14 polls this year show slightly more people saying ‘wrong’ than ‘right’,” he said.


“This indicates a small but consistent net move away from Brexit.”


A large part of Mr Kellner’s belief stems from data showing that generally older voters supported Leave, whereas younger voters tended to support Remain.


He said: “Bluntly, older, mainly Leave, voters are dying – and younger, mainly Remain, voters are joining the electorate.”



A key point in the negotiations remains Britain's access to, or withdrawal from, the EU customs union. Since the referendum there has been hot debate over the meaning of Brexit: would it entail a full withdrawal from the existing agreement, known as hard Brexit, or the soft version in which we would remain part of a common customs area for most goods, as Turkey does? No 10 has so far insisted that “Brexit means Brexit” and that Britain will be leaving the customs union, but may be inclined to change its position once the potential risks to the UK’s economic outlook become clearer.


Though progress was made last year, there has still been no solid agreement on whether there should be a hard border between Northern Ireland and the Republic of Ireland. To ensure borderless travel on the island, the countries must be in regulatory alignment and therefore adhere to the same rules as the customs union. In December, the Conservative Party’s coalition partners, the DUP, refused a draft agreement that would place the UK/EU border in the Irish Sea due to its potential to undermine the union. May has promised that would not be the case and has suggested that a “specific solution” would need to be found.


Despite protests from a small number of Conservative MPs, the Government and the EU are largely in agreement that a transitional period is needed after Brexit. The talks, however, have reached an impasse. Though May has agreed that the UK will continue to contribute to the EU budget until 2021, the PM wants to be able to select which laws made during this time the UK will have to adhere to. Chief negotiator Michel Barnier (seen here with EU Minister David Davis) has said the UK must adopt all of the laws passed during the transition, without any input from British ministers or MEPs.


The Prime Minister has promised EU citizens already living in the UK the right to live and work here after Brexit, but the rights of those who arrive after Brexit day remains unclear. May insists that those who arrive during the transition period should not be allowed to stay, whereas the EU believe the cut-off point should be later.


Despite this being a key issue in negotiations, the Government has yet to lay out exactly what it wants from a trade deal with the EU. Infighting within the Cabinet has prevented a solid position from being reached, with some MPs content that "no deal is better than a bad deal" while others rally behind single market access. The EU has already confirmed that access to the single market would be impossible without the UK remaining in the customs union.


The Government has already begun trying to woo foreign leaders into prospective trade agreements, with various high profile state visits to China, India and Canada for May, and the now infamous invitation to US President Donald Trump to visit London. However the UK cannot make trade agreements with another country while it is still a member of the EU, and the potential loss of trade with the world's major powers is a source of anxiety for the PM. The EU has said the UK cannot secure trade deals during the transition period.


Banks in the UK will be hit hard regardless of the Brexit outcome. The EU has refused to give British banks passporting rights to trade within the EU, dashing hopes of a special City deal. However according to new reports Germany has suggested allowing trade on the condition that the UK continues paying into the EU budget even after the transition period.


A key point in the negotiations remains Britain's access to, or withdrawal from, the EU customs union. Since the referendum there has been hot debate over the meaning of Brexit: would it entail a full withdrawal from the existing agreement, known as hard Brexit, or the soft version in which we would remain part of a common customs area for most goods, as Turkey does? No 10 has so far insisted that “Brexit means Brexit” and that Britain will be leaving the customs union, but may be inclined to change its position once the potential risks to the UK’s economic outlook become clearer.


Though progress was made last year, there has still been no solid agreement on whether there should be a hard border between Northern Ireland and the Republic of Ireland. To ensure borderless travel on the island, the countries must be in regulatory alignment and therefore adhere to the same rules as the customs union. In December, the Conservative Party’s coalition partners, the DUP, refused a draft agreement that would place the UK/EU border in the Irish Sea due to its potential to undermine the union. May has promised that would not be the case and has suggested that a “specific solution” would need to be found.


Despite protests from a small number of Conservative MPs, the Government and the EU are largely in agreement that a transitional period is needed after Brexit. The talks, however, have reached an impasse. Though May has agreed that the UK will continue to contribute to the EU budget until 2021, the PM wants to be able to select which laws made during this time the UK will have to adhere to. Chief negotiator Michel Barnier (seen here with EU Minister David Davis) has said the UK must adopt all of the laws passed during the transition, without any input from British ministers or MEPs.


The Prime Minister has promised EU citizens already living in the UK the right to live and work here after Brexit, but the rights of those who arrive after Brexit day remains unclear. May insists that those who arrive during the transition period should not be allowed to stay, whereas the EU believe the cut-off point should be later.


Despite this being a key issue in negotiations, the Government has yet to lay out exactly what it wants from a trade deal with the EU. Infighting within the Cabinet has prevented a solid position from being reached, with some MPs content that "no deal is better than a bad deal" while others rally behind single market access. The EU has already confirmed that access to the single market would be impossible without the UK remaining in the customs union.


The Government has already begun trying to woo foreign leaders into prospective trade agreements, with various high profile state visits to China, India and Canada for May, and the now infamous invitation to US President Donald Trump to visit London. However the UK cannot make trade agreements with another country while it is still a member of the EU, and the potential loss of trade with the world's major powers is a source of anxiety for the PM. The EU has said the UK cannot secure trade deals during the transition period.


Banks in the UK will be hit hard regardless of the Brexit outcome. The EU has refused to give British banks passporting rights to trade within the EU, dashing hopes of a special City deal. However according to new reports Germany has suggested allowing trade on the condition that the UK continues paying into the EU budget even after the transition period.




Mr Kellner points out that Leave voters outnumber Remain by 1.3 million and that since the referendum roughly 1.2 million voters had died, while 1.4 million have entered voting age, meaning “demography has already reduced that lead by more than half”.


However, he warned that even if a second referendum were to take place, Labour would have to “campaign actively to stay in the EU”.


“This would, of course, require Jeremy Corbyn to abandon his past views of Brussels, which have ranged from lack of enthusiasm to outright hostility,” he added.


An exclusive survey for The Independent by BMG Research in December showed 51 per cent of people now backed remaining in the union, while 41 per cent still want Brexit.


Legal challenges have also claimed another referendum is required before Britain can leave the EU.


Campaigners say the 2011 “referendum lock” introduced by David Cameron prevents any significant change to relations with the EU without the public’s say, and therefore requires a second referendum.


The news comes as Michel Barnier, the chief Brexit negotiator for the EU, told Britain to “face the reality” of Brexit, and warned against blaming the EU for any negative consequences it caused.






Oliver Wheaton
Article complet sur https://www.independent.co.uk/news/uk/h ... 71451.html
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
albert
Messages : 9879
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par albert » 16 juil. 2018, 21:49:53

On parle du Brexit comme s'il s'agissait d'une chose bien définie alors qu'il en existe plusieurs versions : la sortie sans accord, l'accord type CETA, le maintien partiel dans le marché unique, le maintien total dans le marché unique... Lorsque les Britanniques ont voté le Brexit, ils ont exprimé leur désir de retrouver leur liberté et leur souveraineté, aussi bien dans leur politique commerciale que dans leur politique migratoire. Mais la solution proposée par Theresa May ne leur offrira pas entièrement cela. Comme l'a fait remarquer Trump, si le RU reste dans le marché unique, même partiellement, il ne sera pas libre de conclure des accords commerciaux avec d'autres pays.

Il est certain qu'un nouveau référendum serait pour les Anglais un traumatisme encore pire que celui vécu par les nonistes français après que le non au TCE ait été bafoué. Mais un faux Brexit, un Brexit tronqué, serait tout aussi frustrant pour eux. Et ça ne les réconcilierait pas avec l'UE. Bien au contraire, ça les conduirait à réclamer une rupture beaucoup plus nette.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
johanono
Messages : 24262
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par johanono » 16 juil. 2018, 22:13:53

En effet, les Britanniques étaient divisés sur le principe du Brexit, ils sont tout aussi divisés sur les modalités du Brexit. Un nouveau référendum risque de les diviser encore davantage. Mais on ne perçoit pas chez Theresa May une volonté d'aller à un Brexit dur. Elle était partisane du "remain", d'ailleurs. Peut-être serait-elle bien contente si, d'une façon ou d'une autre, il n'y avait pas de Brexit.

Incognito
Messages : 2592
Enregistré le : 13 oct. 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Incognito » 16 juil. 2018, 23:11:01

albert a écrit :
16 juil. 2018, 21:49:53
On parle du Brexit comme s'il s'agissait d'une chose bien définie alors qu'il en existe plusieurs versions : la sortie sans accord, l'accord type CETA, le maintien partiel dans le marché unique, le maintien total dans le marché unique... Lorsque les Britanniques ont voté le Brexit, ils ont exprimé leur désir de retrouver leur liberté et leur souveraineté, aussi bien dans leur politique commerciale que dans leur politique migratoire. Mais la solution proposée par Theresa May ne leur offrira pas entièrement cela. Comme l'a fait remarquer Trump, si le RU reste dans le marché unique, même partiellement, il ne sera pas libre de conclure des accords commerciaux avec d'autres pays.

Il est certain qu'un nouveau référendum serait pour les Anglais un traumatisme encore pire que celui vécu par les nonistes français après que le non au TCE ait été bafoué. Mais un faux Brexit, un Brexit tronqué, serait tout aussi frustrant pour eux. Et ça ne les réconcilierait pas avec l'UE. Bien au contraire, ça les conduirait à réclamer une rupture beaucoup plus nette.
Vraiment? Il y a juste une tout petit problème: il y a eu tromperie sur la marchandise.
https://m.youtube.com/watch?v=0xGt3QmRSZY
Dieu est mort. Marx est mort. Et moi-même je ne me sens pas très bien ... (Woody Allen)

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré