Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
En ligne
Avatar du membre
Hector
Messages : 7492
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Hector » 13 mars 2019, 21:34:47

johanono a écrit :
13 mars 2019, 21:16:05
L'hypothèse la plus vraisemblable désormais est celle d'un report du Brexit. Report pour une durée indéterminée...
La séquence de vote est planifiée, vendredi les députés voteront cela. La seule question est: la durée du report car le 24 mai les élections européennes sont convoquées ... sans le UK ! Si le report excède le 24 mai, il faudra reporter les européennes. Si le report jusqu'au 23 mai, il faudra que le UK dise rapidement ce qu'il compte faire, avec ou sans 2nd referendum.

Après avoir repoussé le soft Brexit hier et repoussé le No Deal aujourd'hui, il n'y a plus qu'une option: rester. Mais pour cela, soit les "MPs" prennent leurs baloches dans leurs mains et votent "No Brexit", soit ils se défaussent et renvoient au 2nd referendum. A l'issue du 2nd referendum, ce sera No Deal Brexit ou No Brexit. Certains électeurs britanniques sont tellement demeurés et avinés que qu'il va leur falloir un bulletin rouge et un bulletin car ils ne sauraient même pas lire la différence ... :gratte:
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32772
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par politicien » 13 mars 2019, 21:51:36

21h24 : "Si les Britanniques demandent un nouveau délai, cela peut être un délai technique pour mettre en œuvre une sortie (...) mais si un délai additionnel était demandé, il faudrait alors qu’on nous explique pour quoi en faire, et en particulier qu’il apporte quelque chose, et donc que ça ne soit pas pour renégocier un accord que nous avons déjà négocié", a notamment déclaré Emmanuel Macron, tout à l'heure.

21h20 : La Première ministre britannique Theresa May propose, d'ici le 20 mars, un nouveau vote sur l'accord négocié avec l'Union européenne.
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
Hector
Messages : 7492
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Hector » 13 mars 2019, 22:03:01

21h20 : La Première ministre britannique Theresa May propose, d'ici le 20 mars, un nouveau vote sur l'accord négocié avec l'Union européenne.
Elle refuse la réalité. Affligeant.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

En ligne
pierre30
Messages : 7426
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par pierre30 » 13 mars 2019, 22:06:24

Elle devrait en planifier plusieurs afin de réserver les jours sur l'agenda des députés .

Avatar du membre
johanono
Messages : 25796
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par johanono » 13 mars 2019, 22:16:54

Hector a écrit :
13 mars 2019, 22:03:01
21h20 : La Première ministre britannique Theresa May propose, d'ici le 20 mars, un nouveau vote sur l'accord négocié avec l'Union européenne.
Elle refuse la réalité. Affligeant.
À l'impossible nul n'est tenu.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 52491
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Nombrilist » 14 mars 2019, 07:38:17

Il ne manque plus que 3 voix pour valider un accord. Le prochain vote sera le bon.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

En ligne
pierre30
Messages : 7426
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par pierre30 » 14 mars 2019, 08:30:56

Ils sont fous ces anglais :
Brexit : mais que veulent vraiment les députés britanniques ?

mer. 13 mars 2019 - 22:31

Un nouveau vote historique aux Communes a écarté une sortie de l'UE sans accord, renforçant le chaos alors qu'une demande d'extension de l'article 50 semble inévitable

Image



C’est pourtant simple. Les députés britanniques ne veulent pas sortir de l’Union européenne sans avoir d’abord conclu un accord avec cette dernière. Et ce, quelles que soient les circonstances. Ils ont voté mercredi soir en ce sens, largement, par 321 voix contre 278. Mais ils ne veulent pas non plus de l’accord de retrait conclu entre le gouvernement de Theresa May et les négociateurs européens, après deux ans et demi de négociations. Ils l’ont catégoriquement rejeté mardi soir, par une majorité de 149 voix.


Ce qui est moins simple, c’est de comprendre ce que les députés britanniques souhaitent. Et c’est d’autant plus compliqué qu’ils ne le savent pas eux-mêmes. Ou alors, c’est plutôt qu’ils ont tellement d’opinions différentes qu’il leur est impossible de définir une ligne stable sur laquelle tous pourraient s’accorder. D’où le casse-tête et le chaos invraisemblable dans lequel se débat le Parlement. Ce mercredi soir, la Première ministre, Theresa May, sur un ton d’institutrice revêche et enrouée, a reconnu après sa nouvelle défaite qu’il existait à la Chambre des communes une «claire majorité contre une sortie sans accord», mais, a-t-elle ajouté, si «un accord n’est pas voté avant le 29 mars, la situation par défaut reste une sortie sans accord». Sur les bancs de la Chambre des communes, plusieurs sourcils interrogateurs se sont soulevés. Pourtant, son intention est claire : elle a l’intention de proposer au vote des députés, pour la troisième fois et avant le 29 mars, l’accord de retrait.


L’énième vote crucial sur le Brexit, ce mercredi soir, a donné lieu à des sommets de situations ubuesques, pour ne pas dire absurdes. Les députés devaient se prononcer sur une motion déposée par le gouvernement proposant d’écarter une sortie sans accord le 29 mars, date officielle du Brexit. Mais il souhaitait aussi garder l’option d’une sortie sans accord si, à l’issue d’une extension de l’article 50, aucun accord n’était toujours adopté.

Extinction de voix


Pour beaucoup de conservateurs, garder l’option d’un «no-deal» sur la table permettait de garder une carte en main pour des négociations futures avec les Européens. Le fait que ceux-ci aient clairement indiqué, et à plusieurs reprises, que ces négociations étaient désormais terminées et que l’accord de retrait négocié était «le seul accord sur la table» n’était pas entré dans l’équation de leur raisonnement. Encore debout, même si atteinte d’une extinction de voix et d’un nouveau sérieux chancellement de son autorité, Theresa May avait accordé un vote libre à ses députés conservateurs, histoire de ménager les humeurs des uns (les ardents Brexiters, en faveur d’une sortie sans accord) et des autres (les remainers contre le Brexit tout court).


Du coup, Caroline Spelman, une députée conservatrice, avait déposé un amendement proposant le rejet catégorique d’une sortie sans accord, quelles que soient les circonstances. A la surprise générale, cet amendement a été adopté, par quatre toutes petites voix de majorité (312 contre 308). Une fois adopté, cet amendement a été automatiquement attaché à la motion proposée par Theresa May. C’est à cet instant que la Chambre des communes est tombée dans une autre dimension, difficile à saisir pour les non-habitués des contorsions parlementaires britanniques, mais aussi pour les spécialistes. Plusieurs journalistes britanniques murmuraient entre leurs dents n’avoir «jamais vu ça». Alors que le vote de la motion était supposé être libre pour les conservateurs, le «Whip», le député chargé de gérer la discipline du parti, s’est démené, juste avant le vote, pour convaincre les conservateurs de voter contre la motion de leur propre gouvernement. Au point de voir Theresa May voter contre sa propre motion, et donc en faveur d’une sortie de l’UE sans accord !


Mais plusieurs députés tories, dont plusieurs ministres, ont choisi de ne pas suivre les consignes du gouvernement, en s’abstenant ou en votant en faveur de la motion amendée, qui a donc été adoptée. Sarah Newton, secrétaire d’Etat au Travail, a même annoncé dans la foulée sa démission du gouvernement.

Prochain épisode jeudi soir


La Chambre des communes, et Theresa May, se retrouvent désormais face à une presque certitude : le pays ne devrait pas sortir de l’UE sans avoir au préalable voté un accord de sortie. Sauf que les députés ont déjà rejeté à deux reprises l’accord. Mais la Première ministre semble décidée à tenter le coup une troisième fois. La prochaine saison de cet incroyable feuilleton est attendue jeudi soir. Theresa May a déposé une nouvelle motion. Cette fois-ci, le vote portera sur une demande de l’extension de l’article 50, soit très courte et technique permettant de passer dans la loi un accord qui aurait donc été voté entre-temps. Ou alors une extension nettement plus longue qui, dans ce cas, a-t-elle menacé, «obligerait le Royaume-Uni à participer aux élections européennes» de mai. Ce qui, en soi, représenterait la situation la plus absurde de toutes. A moins que, dans un «finale» extraordinaire, le gouvernement décide de révoquer l’article 50 et donc d’annuler le Brexit.

Sonia Delesalle-Stolper Correspondante à Londres

Article complet sur https://www.liberation.fr/planete/2019/ ... es_1714943

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 19484
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Jeff Van Planet » 14 mars 2019, 19:23:30

politicien a écrit :
13 mars 2019, 20:29:31
les députés britanniques rejettent d'un cheveu l'option d'une sortie sans accord.

Les députés britanniques rejettent un Brexit sans accord à seulement 312 voix contre 308.
ils auraient put voter pour que la pluie soit sèche ça aurait été pareil: ce n'est pas une décision sur la quelle ils peuvent avoir une influence.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 19484
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Jeff Van Planet » 14 mars 2019, 19:26:42

politicien a écrit :
13 mars 2019, 21:34:42
Theresa May estime qu'un deuxième référendum pourrait avoir lieu, au risque qu'il n'y ait pas du tout de Brexit.
si ça ne tenait qu'à moi on les mettrait dehors aussi tôt la date buttoirs atteinte.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 19484
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Jeff Van Planet » 14 mars 2019, 19:30:00

pierre30 a écrit :
13 mars 2019, 21:17:32
Dans ce cas il devront choisir entre le risque de guerre civile et rester dans l'UE?
A moins que l'UE leur dise "vous sortez mais on supprime la frontière comme si vous restiez ?"
Parler de Guerre Civile ça me paraît excessif. Mais pour les mêmes raisons que beaucoup de français ne veulent pas entendre parler d'autonomie ou de status particuliers pour les différentes nations en france (coucou les corse) je pense que beaucoup de britanniques (et là je pense à ceux de la grande île) ne veulent pas que les irlandais puisse échapper à leur contrôle.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 24772
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par El Fredo » 14 mars 2019, 19:40:02

Suis-je le seul à penser que le titre de ce topic est une source permanente d'ironie ?
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Hector
Messages : 7492
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Hector » 14 mars 2019, 21:25:33

El Fredo a écrit :
14 mars 2019, 19:40:02
Suis-je le seul à penser que le titre de ce topic est une source permanente d'ironie ?
On pourrait en effet demander à Politicien de le changer. :gratte:
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

En ligne
Avatar du membre
Hector
Messages : 7492
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Hector » 14 mars 2019, 21:30:22

Les députés britanniques votent un report du Brexit

Mercredi, les députés britanniques ont rejeté l’option d’un Brexit sans accord

Image

Theresa May et les députés britanniques rassemblés à la Chambre des communes à Londres, le 19 décembre 2018. — HO / AFP / UK PARLIAMENT
Après avoir rejeté d’extrême justesse l’option d’une sortie sans accord, la veille, les députés britanniques ont voté, ce jeudi, pour un report du Brexit et un nouveau vote sur l’accord de retrait de l’Union européenne.

Un peu plus tôt, les députés britanniques avaient aussi rejeté un amendement demandant un report du Brexit qui aurait pu permettre la tenue d’un second référendum sur la sortie de l’Union européenne.

L’option d’un nouveau référendum rejetée

Près de trois ans après le référendum de juin 2016 qui avait décidé du Brexit, et à 15 jours de sa date théorique, le 29 mars, le Parlement et le pays sont profondément divisés sur les modalités de mise en œuvre de la sortie de l’UE. Plusieurs scénarios sont désormais envisageables. Deux reports sont possibles. Le premier prendrait effet si un accord de divorce était finalement adopté. D’ordre technique, il s’achèverait le 30 juin. En l’absence d’accord, le second report, plus long, exigerait du Royaume-Uni qu’il prenne part aux élections européennes du 23 au 26 mai.

Mais l’UE a prévenu que toute prolongation devra être dûment justifiée et acceptée à l’unanimité par les 27, qui seront réunis en sommet les 21 et 22 mars à Bruxelles. Le président du Conseil européen Donald Tusk les a invités à être prêts à accorder « une longue prolongation » au Royaume-Uni s’il « accepte de repenser sa stratégie et parvient à dégager un consensus autour de celle-ci ».

Vers un Brexit sans accord

Les députés britanniques voteront à nouveau, d’ici le 20 mars, sur le traité de retrait de l’UE, qui prévoit un Brexit en douceur, même s’ils l’ont massivement recalé à deux reprises, une première fois le 15 janvier, puis mardi. Face à un report à rallonge du Brexit, les défenseurs d’une sortie de l’UE qui ont voté contre pourraient changer d’avis et considérer ce texte comme l’unique voie sûre pour réellement quitter l’UE.

Le Parlement l’a rejeté mercredi, mais un Brexit sans accord reste une option par défaut​, si aucun terrain d’entente n’est trouvé. En cas de « no deal », le Royaume-Uni mettrait fin, du jour au lendemain, à 46 ans d’appartenance à l’UE, quittant le marché unique et l’union douanière sans période de transition. Ce scénario redouté par les milieux économiques causerait d’importantes perturbations dans les échanges entre le Royaume-Uni et l’UE.

Article complet sur https://www.20minutes.fr/monde/2473063- ... retrait-ue
Bon, le principe de la demande de report est voté.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

En ligne
Avatar du membre
Hector
Messages : 7492
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Hector » 14 mars 2019, 21:31:44

Brexit repoussé : le casse-tête des élections européennes

14 mars 2019, 20:20:08

Le report du Brexit pose un problème pour les élections européennes. Y aura-t-il des députés britanniques au Parlement ?

Image



C'est le casse-tête qui affole Bruxelles. Si le Royaume-Uni est toujours dans l'Europe le 30 juin prochain, logiquement, les Britanniques devront voter aux élections européennes. Ils enverront ainsi 73 eurodéputés dans les hémicycles de Strasbourg ou de Bruxelles, comme c'est le cas aujourd'hui. Problème : outre-Manche, rien n'est prêt pour un scrutin dans deux mois. "Il faut quand même organiser la campagne, organiser la constitution des listes avec des partis qui ne sont pas du tout dans cet état d'esprit là", explique le spécialiste Éric Maurice, de la fondation Robert Schuman.


Depuis quelques jours, les juristes européens s'arrachent donc les cheveux pour trouver des solutions alternatives, comme prolonger de quelques mois les mandats des eurodéputés britanniques ou encore, envoyer des députés nationaux jusqu'à un Brexit effectif. Comme les sièges des Britanniques ont déjà été redistribués, ce casse-tête est aussi pour la France. Le pays s'apprête à élire 79 députés européens, mais si le Brexit est repoussé, la France n'aura que 74 sièges. Que deviendront alors les cinq autres élus ?


France 2
Article complet sur https://www.francetvinfo.fr/monde/europ ... 33523.html
Et va falloir réfléchir à la tenue des européennes !
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

En ligne
pierre30
Messages : 7426
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par pierre30 » 14 mars 2019, 22:06:16

Jeff Van Planet a écrit :
14 mars 2019, 19:30:00
pierre30 a écrit :
13 mars 2019, 21:17:32
Dans ce cas il devront choisir entre le risque de guerre civile et rester dans l'UE?
A moins que l'UE leur dise "vous sortez mais on supprime la frontière comme si vous restiez ?"
Parler de Guerre Civile ça me paraît excessif. Mais pour les mêmes raisons que beaucoup de français ne veulent pas entendre parler d'autonomie ou de status particuliers pour les différentes nations en france (coucou les corse) je pense que beaucoup de britanniques (et là je pense à ceux de la grande île) ne veulent pas que les irlandais puisse échapper à leur contrôle.
La guerre civile ou simplement des tensions entre des membres des communautés semble bien faire peur aux britanniques. Tout ça n'est pas si vieux. Mais tu as raison : les anglais comme les français sont attachés à maintenir le statut des provinces qui constituent le pays. Ici nous bavardons et nous pouvons emettre des hypothèses. On n'en est pas là.
C'est quand même dingue de s' être mis dans cette situation pour gagner une élection .

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré