L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Répondre
Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par Ramdams » 28 sept. 2014, 19:56:13

Actu-Politique a fêté ses 6 ans en 2014 et à ce titre, certains ici ont pu débattre d'un même sujet d'actualité par intermittences au cours de plusieurs années. Autant d'occasions où nous avons lancé des paris, anticipé ou non les conséquences d'une politique, d'une actualité...

Aujourd'hui, avec le recul de plusieurs années, nos anticipations se sont-elles révélées bonnes ? Ou avons-nous fait fausse route ? Que dirions-nous aujourd'hui de différent par rapport à cette époque ? Quels propos maintenons-nous et lesquels retirons-nous ?

L'objectif du topic n'est pas de se moquer des anticipations erronées de certains ou de se vanter d'avoir vu juste avant tout le monde. Le ton doit rester bon enfant et ne doit pas être un prétexte pour déterrer la hache de guerre. L'actualité peut être politique ou même culturelle, sportive...

Personnellement, je n'indiquerai pas le nom de l'auteur des messages que je citerais.


------------------------------------------------------------------------------------

Pour démarrer le sujet, j'ai choisi des parler des sénatoriales. En 2011, le Sénat a fini par basculer à gauche pour la première fois de son histoire. Trois ans plus tard, il rebascule nouveau à droite. Que disions-nous en 2011 ?
Le sénat va passer à gauche en 2011 ? - Créé le 10 janvier 2011
"Si Sarkozy perd en 2012 (inch'allah !) ça va être la nuit des longs couteaux à l'UMP." - El Fredo, 6 septembre 2011

"Il suffira d'attendre moins de deux petites années [pour la droite] pour reprendre 60% des mairies et les 2/3 des conseils généraux, régionaux." - Ilikeyourstyle, 27 septembre 2011


Le Sénat bascule dans l'opposition - Créé le 25 septembre 2011
"Le basculement du Sénat à gauche est une bonne chose pour le crédit de notre crédit de nos institutions. Le fait que le Sénat reste à droite malgré toutes les récentes victoires de la gauche aux élections locales aurait encore alimenté l'idée que le Sénat est une anomalie démocratique. Cette critique ne pourra désormais plus être formulée de façon aussi nette." - johanono, 25 septembre 2011

"Cela n'augure rien de bon plutôt, car quand un parti détient tous les rouages (pour l'instant L'AN n'est pas pour eux) cela s'est toujours soldé par un fiasco.." - un artisan, 25 septembre 2011

"L'occasion est historique. Je ne pense pas que la gauche la laisse passer." - Nombrilist, 27 septembre 2011

"Jean-Pierre Bel sera le prochain président du Sénat. Les sénateurs de gauche envisagent de refaire passer des lois Jospin bloquées par le Sénat de droite." -Nombrilist, 28 septembre 2011

"Non, mais la gauche du Sénat compte bien mettre la droite de l'assemblée nationale devant son idéologie. Le Sénat va proposer la suppression de niches fiscales valant des milliards et montrer que la droite va s'accrocher à cet argent pour riches et grosse société." - Nombrilist, 29 septembre 2011

" Le sénat sert car si l'assemblée nationale avait le pouvoir de proposer et de voter toutes les lois, alors il y aurait un déséquilibre de pouvoir énorme. En bref, on aurait un président qui aurait trop de pouvoir et une assemblé nationale qui aurait trop de pouvoir." - Baltorupec, 1er octobre 2011

"Par ailleurs, l'alternance au sénat aura fait au moins une victime collatérale : le projet (présidentiel) d'inscrire dans la Constitution la fameuse "Golden rule" d'équilibre budgétaire. Tant il semble maintenant assez peu envisageable qu'une majorité favorable à cette mesure se dégage désormais au Congrès." - Bocian, 2 octobre 2011

"On dirait que le Sénat se reveille et a arreté sa position de godillot :
"Le Sénat a voté dans la nuit de vendredi à samedi « une taxe sur les transactions automatisées ». Elle a pour but de donner plus de transparence aux marchés financiers." " - Narbonne, 19 novembre 2011 / "Une taxe sur le HFT ? Waouh, et après il y en a encore pour dire que gauche et droite c'est la même chose ! Malheureusement aucune chance que ça passe à l'Assemblée, vivement juin 2012." - El Fredo, 19 novembre 2011

"le Senat, juqu'alors, attendait sagement de voter les lois proposées par le Parlement. C'etait simplement, une chambre d'enregistrement. Maintenant, il prend des initiatives et fait des propositions." - Narbonne, 20 novembre 2011

"Grâce au Sénat on va garder le AAA." - Golgoth, 23 novembre 2011 (en citant l'article suivant : http://www.leparisien.fr/flash-actualit ... 7-165.html)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59608
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par Nombrilist » 28 sept. 2014, 20:22:04

A cette époque, j'ai vraiment pensé que le PS allait changer la politique économique du pays. Et j'ai aussi pensé qu'ils aillaient engager le bras de fer avec Merkel. Me suis planté dans les grandes largeurs.

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par Ramdams » 28 sept. 2014, 20:23:41

Il faut dire que l'on ne connaissait pas encore le candidat PS. Si Aubry avait gagné, elle aurait peut-être tenté un bras de fer (pas forcément dans le bon sens cela dit). Hollande, lui, s'est couché directement.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59608
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par Nombrilist » 28 sept. 2014, 20:24:50

Même en retrait et donc n'ayant rien à perdre, je n'ai jamais entendu Aubry critiquer Merkel. Donc, je pense qu'Aubry aurait fait exactement comme Hollande.

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par Ramdams » 30 sept. 2014, 13:16:54

C’est officiel : la dette publique française a atteint 2000 milliards d’euros, soit 95.1 % du PIB. En janvier 2011, elle s’établissait à 81.5 % du PIB, soit une hausse de près de 15 points entre trois ans et demi. Que disions-nous à cette époque ?
La dette de la France égale 81.5% du PIB – Créé le 2 janvier 2011
« Encore 5 ans de Sarkozy et nous arriverons à 100%. » - Georges, 2 janvier 2011

« La dette de la France est faramineuse, nous ne pouvons pas laisser nos enfants payer.
Je crois qu'il faut s'attendre à des jours difficiles après les éléctions en matière fiscale.
Les plus gourmands seront les socialistes: CSG, CRDS, Impôts sur le revenu, TVA » - sarkozy74, 9 mai 2011

« A noter au passage que le grand gestionnaire Sarkozy avait réussi l'exploit (avec l'assentiment bienveillant de Balladur et au grand dam de Juppé), alors qu'il était au Budget, de creuser la dette de 10 points en moins de deux ans de 1993 à 1995. » - racaille, 3 juillet 2011


Avec du recul, les socialistes sont-ils plus à même de réduire la dette que les sarkozystes ?

EDIT : En comparaison, en 2012 la dette correspondait à 90.6 % du PIB.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publ ... 3.A9centes
Modifié en dernier par Ramdams le 30 sept. 2014, 13:23:32, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Baltorupec
Messages : 13812
Enregistré le : 13 juil. 2011, 00:00:00

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par Baltorupec » 30 sept. 2014, 13:22:56

Nombrilist » Dim 28 Sep 2014 - 20:24 a écrit :Même en retrait et donc n'ayant rien à perdre, je n'ai jamais entendu Aubry critiquer Merkel. Donc, je pense qu'Aubry aurait fait exactement comme Hollande.
Pas forcément, peut être qu'Aubry est simplement disciplinée.
“Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès.” Jules Mazarin

Avatar du membre
Adeline
Messages : 4085
Enregistré le : 14 févr. 2011, 00:00:00
Localisation : vendée

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par Adeline » 30 sept. 2014, 16:54:00

A l'époque, je pensais que j'allais basculer à gauche en votant DSK. Je trouvais qu'il était le mieux placé pour condenser le bon des politiques de droite et de gauche.

Avatar du membre
johanono
Messages : 32303
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par johanono » 03 oct. 2014, 19:58:36

Sur la promesse de Hollande de renégocier le pacte de stabilité :

"Manifestement, il y a encore quelques esprits benêts pour croire que Hollande va révolutionner le cours des choses. Gros LOL." votre serviteur, le 13 décembre 2011.

"La gestion actuelle c'est Merckel+Sarko qui dit amen. Les autres la ferment car soit trop endettés ou sans gouvernement élu, soit trop petits.Tu changes les 2 premiers et tout change." Golgoth, 13 décembre 2011.

"Merkel sera bien obligée de se coucher quand tous les autres signataires se seront rangés du côté d'Hollande. Le diktat Merkozy, ça suffit." Fredo, 27 avril 2012.

"Et attends que Merkel se fasse dégager par les allemands. Le reste se fera tout seul." Nombrilist, 27 avril 2012.

"Je me demande si vous ne vous faites pas trop d'illusion ?" Lucas, 27 avril 2012.

"Honnêtement je n'en ai pas l'impression. Avant même d'être élu, Hollande (ou alors la seule perspective de son élection) a déjà réussi à faire bouger les lignes en Europe. S'il est élu il sera auréolé d'une légitimité démocratique toute neuve, ce dont ne pourront pas se targuer tous les autres dirigeants, d'autant plus quand il s'agit de la France qui est avec l'Allemagne le moteur principal de la construction européenne. Ce qui fait que son avis devra nécessairement être pris en compte. Et puis Merkel, qui tant qu'elle était soutenue par Sarkozy pouvait imposer ses vues, se retrouvera isolée et subira donc la pression de son propre pays (avec notamment le SPD qui pousse derrière en vue des élections de 2013) en plus de celles de la plupart des autres membres de l'Union, dans un contexte de défiance envers les institutions perçues comme peu démocratiques voire illégitimes. En étant optimiste je pense qu'il y a une fenêtre de lancement idéale les quelques mois qui vont suivre la présidentielle." Fredo, le 28 avril 2012, en réponse à Lucas.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20268
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par Golgoth » 03 oct. 2014, 20:27:02

Malheureusement, Sarko a viré mais pas Merkel :mrgreen:
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par Ramdams » 05 oct. 2014, 13:19:14

Oui, c'est ce que j'allais dire. Merkel a moins les coudées franches qu'en 2011 où elle pouvait agir librement avec le FDP. Aujourd'hui, ils disparaissent peu à peu de la scène politique allemande. 2013 a été le summum de la gloire pour Merkel, elle ne pourra pas réitérer ce succès et devra concéder soit une victoire mitigé soit une défaite en 2017. L'ironie, c'est que si Merkel partira sûrement du pouvoir en 2017, Sarkozy lui y reviendra.

Avatar du membre
albert
Messages : 9997
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par albert » 05 oct. 2014, 13:46:35

Ramdams » 05 Oct 2014, 13:19 a écrit :Oui, c'est ce que j'allais dire. Merkel a moins les coudées franches qu'en 2011 où elle pouvait agir librement avec le FDP. Aujourd'hui, ils disparaissent peu à peu de la scène politique allemande. 2013 a été le summum de la gloire pour Merkel, elle ne pourra pas réitérer ce succès et devra concéder soit une victoire mitigé soit une défaite en 2017. L'ironie, c'est que si Merkel partira sûrement du pouvoir en 2017, Sarkozy lui y reviendra.
Même si Merkel part en 2017, je doute que la politique allemande puisse changer fondamentalement. C’est une erreur de se focaliser sur Merkel qui n’a fait que poursuivre la politique de Gerhard Schröder dans ses grandes lignes. C'est d'ailleurs la même chose en France : que le président soit Sarkozy, Hollande ou Juppé, la politique économique est/sera globalement la même.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
johanono
Messages : 32303
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: L'actualité dans le rétro : ce que nous disions hier confronté à la réalité d'aujourd'hui

Message non lu par johanono » 07 oct. 2014, 13:21:48

Ramdams » Dim 5 Oct 2014 - 13:19 a écrit :Oui, c'est ce que j'allais dire. Merkel a moins les coudées franches qu'en 2011 où elle pouvait agir librement avec le FDP. Aujourd'hui, ils disparaissent peu à peu de la scène politique allemande. 2013 a été le summum de la gloire pour Merkel, elle ne pourra pas réitérer ce succès et devra concéder soit une victoire mitigé soit une défaite en 2017. L'ironie, c'est que si Merkel partira sûrement du pouvoir en 2017, Sarkozy lui y reviendra.
Peut-être, mais ça confirme ce que j'ai déjà dit par ailleurs : il est illusoire de croire que, dans le cadre d'un rapport de forces européen, la France et d'autres pays pourront contraindre Merkel à infléchir ses positions. Si Merkel doit changer d'avis, ce sera uniquement à cause de pressions internes (majorité fragilisée au parlement, revendications syndicales, etc.).

Répondre

Retourner vers « Archives »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré