Nicolas Sarkozy

Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32199
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Nicolas Sarkozy

Message non lu par politicien » 26 avr. 2009, 15:17:00

Bonjour,  J'ai vu sur un post que norbert et georges parlaient de Nicolas Sarkozy, donc voici un portrait : Nicolas Sarkozy, marié, 3 enfants, est né le 28 janvier 1955 à Paris XVIIème,  est un homme d'État français, président de la République depuis le 6 mai 2007. Il est avocat de profession.Il est le fils d'un immigré hongrois, Pál Sárközy de Nagybocsa (en hongrois nagybócsai Sárközy Pál) né à Budapest, en 1928, Il a deux frères : Guillaume, né en 1952, futur chef d'entreprise dans le textile (vice-président du MEDEF entre 2000 et 2005) et François, né en 1957, qui devient pédiatre puis chercheur en biologie.

Scolarité :
Il commence ses années de collège au lycée public Chaptal, il y redouble sa sixième, puis entre au lycée privé Saint-Louis de Monceau. Il obtient le baccalauréat B en 1973 et sa famille s’installe à Neuilly. Après des études à l’université Paris X, il sort diplômé en droit public et en sciences politiques : il obtient une maîtrise de droit privé en 1978. Il finance ses études en étant, entre autres, livreur pour un fleuriste de la ville. Toujours en 1978, il est appelé sous les drapeaux, avant d’entrer à l’Institut d'études politiques de Paris. Il n'obtiendra pas le diplôme de fin d’études à cause de notes éliminatoires en anglais. Il soutient en 1981 un mémoire de DEA sur le référendum du 27 avril 1969.
En 1981, après avoir longtemps hésité à devenir journaliste, il se résout au dernier moment à passer le certificat d'aptitude à la profession d'avocat (CAPA), suivant ainsi les traces de sa mère.
Le 23 septembre 1982, Nicolas Sarkozy épouse Marie-Dominique Culioli, fille d’un pharmacien corse de Vico dont il a deux fils, Pierre (né en 1985) et Jean (né en 1987). Son témoin de mariage est Charles Pasqua.
En 1984, il rencontre Cécilia Ciganer-Albeniz lorsqu’en qualité de maire de Neuilly, il la marie à l’animateur de télévision Jacques Martin, qu’elle quitte pour lui en 1989. Après un divorce en quatre mois, il l'épouse en octobre 1996. Il a pour témoins Martin Bouygues et Bernard Arnault. Un fils, Louis, naît en 1997. Après une séparation temporaire en 2005, ils annoncent, dans un communiqué officiel de l'Élysée, le 18 octobre 2007, leur « séparation par consentement mutuel », avant d'officialiser leur divorce par consentement mutuel.
Nicolas Sarkozy fait la connaissance de la chanteuse et ancienne mannequin Carla Bruni lors d'un dîner en ville, et des fiançailles ont lieu rapidement. Leur mariage est célébré le 2 février 2008 au palais de l'Élysée par le maire du 8e arrondissement de Paris, François Lebel, avec pour témoins Nicolas Bazire et Mathilde Agostinelli pour le marié, Farida Khelfa et Marine Delterme pour la mariée.

Sarkozy et la politique :
Il est embauché par l'avocat Guy Danet puis devient l'un des trois associés du cabinet d'avocats parisien « Leibovici - Claude - Sarkozy », un cabinet comprenant onze avocats et spécialisé dans le droit immobilier. Cependant, l'exercice de l'activité d'avocat étant incompatible avec toute autre activité, il n'exerce pas cette profession pendant ses périodes d'activité gouvernementale.

En 1983, il devient maire de Neuilly-sur-Seine à 28 ans, succédant à Achille Peretti, décédé, mais aussi en prenant de court le prétendant en titre, Charles Pasqua, alors hospitalisé pour l’opération d’une hernie. Il est chargé de mission de mars 1987 à mai 1988 pour la lutte contre les risques chimiques et radiologiques au sein du ministère de l'Intérieur. Il devient député à 34 ans et ministre du Budget à 38 ans
En 1993, lors de l’affaire de la maternelle de Neuilly, ville dont il était maire, Nicolas Sarkozy participe aux négociations avec un homme cagoulé armé d'un pistolet et d'une charge d'explosifs, « Human Bomb », qui tenait en otage 21 enfants dans une classe, et fut finalement abattu par le RAID.
En 1995, il soutient Édouard Balladur contre Jacques Chirac pour la campagne présidentielle. À la suite de la victoire de Jacques Chirac, il n'obtient aucun poste ministériel dans le nouveau gouvernement d'Alain Juppé. Au cours d'un bref passage à une réunion nationale du RPR, le 15 octobre 1995, il est sifflé.
Il soutient la mise en place du Conseil français du culte musulman (CFCM) initiée en 1999 par Jean-Pierre Chevènement et intervient sur les dossiers de l'éducation et des retraites.  Par la loi sur la sécurité intérieure du 18 mars 2003, complétée par la Loi Perben, le fichage ADN, instauré en 1998 et limité à l'origine aux délinquants sexuels, a été étendu à toute personne soupçonnée d'un quelconque délit (sauf délit d'initié ou financier), et laissées au libre choix des policiers et des gendarmes, sans que les preuves de culpabilité ne soient obligatoirement établies. Cette loi a permis le fichage génétique de faucheurs d'OGM, d'étudiants anti-CPE et deux frère de 8 et 11 ans pour avoir volé 2 tamagotchi et 2 balles magiques. Les personnes refusant de se laisser ficher risquent jusqu'à 15 000 euros d'amende et 1 an de prison.
Sa politique en Corse est marquée par le rejet de la proposition de réorganisation administrative pour laquelle Nicolas Sarkozy s'était engagé, suite au référendum local en date du 6 juillet 2003.

Au niveau industriel, il fait passer l'État de 50.4 à 41% du capital de France Télécom en septembre 2004, conclut le changement de statut d’EDF et GDF, et annonce la privatisation partielle du groupe Areva. Dans le secteur privé, il fait intervenir l’État pour empêcher le dépôt de bilan du groupe Alstom et favorise la fusion Sanofi/Aventis face à Novartis. En immiscant l'État français dans le marché aux dépens d'intérêts allemands (participations dans Aventis et approches de Siemens pour Alstom), il irrite Berlin. Il dénonce également les hausses de prix dans la grande distribution ou les banques, et signe des accords avec les professionnels concernés. Ces accords sont cependant contestés lors de leur signature par les syndicats, puisque selon eux, ils auront pour conséquence la réduction des postes administratifs et d’encadrement avec la suppression éventuelle de nombreux postes entre 2005 et 2007.


Nicolas Sarkozy a été élu président de la République le 6 mai 2007 avec 53,06 % des suffrages exprimés (18 983 138 suffrages) contre 46,94 % pour Ségolène Royal (16 790 440 suffrages), devenant le 23e président de la République française et le 6e président de la Ve République.
Le 17 mai, il nomme son premier Premier ministre François Fillon qui forme le 18 mai un gouvernement réduit à 15 ministres (huit hommes, sept femmes), auxquels s'ajoutent quatre secrétaires d'État et un haut-commissaire masculins. Le gouvernement s'ouvre à plusieurs personnalités de gauche, du centre droit et de la société civile. Le ministère de l'Économie et des Finances est scindé en deux, l'un chargé du budget de l'État, l'autre de la stratégie économique et du développement. Conformément au Pacte écologique signé par Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle, Alain Juppé prend la tête d'un grand ministère alliant l'écologie, l'aménagement territorial et le transport.
À l'issue du second tour des élections législatives de 2007, l'UMP garde la majorité absolue à l'Assemblée nationale avec ses 313 membres. Conformément aux traditions républicaines, François Fillon lui remet sa démission le 18 juin et Nicolas Sarkozy le reconduit immédiatement dans sa fonction pour former un nouveau gouvernement, sans la présence d'Alain Juppé, seul ministre battu dans sa circonscription.
Nicolas Sarkozy a engagé une partie des réformes pour lesquelles il a été élu. La loi TEPA a été votée en août 2007 ; plusieurs lois ont été votées pour limiter l’immigration irrégulière, et la récidive.

Ses fonctions :
Fonctions politiques

1977 : membre du comité central du Rassemblement pour la République (RPR)
1978 - 1979 : délégué national des jeunes du RPR
1981 : président du comité national des jeunes en soutien à Jacques Chirac pour l'élection présidentielle
1988 : secrétaire national du RPR, chargé de la Jeunesse et de la Formation
1989 : secrétaire national du RPR, chargé de l'Animation, de la Jeunesse et de la Formation et co-directeur de la liste d'union pour les élections européennes
1992 - 1993 : secrétaire général adjoint du RPR, chargé des fédérations
1995 : porte-parole d'Édouard Balladur pour l'élection présidentielle
10 juillet 1997 - 6 février 1998 : coordinateur et porte-parole de la direction provisoire du RPR
6 février 1998 - 4 octobre 1999 : secrétaire général du RPR
16 avril 1999 - 4 décembre 1999 : président par intérim du RPR ; tête de la liste RPR-DL aux élections européennes
3 mai 2000 : élu président du comité départemental du RPR des Hauts-de-Seine
28 novembre 2004 - 14 mai 2007 : président de l'Union pour un mouvement populaire (UMP)

Fonctions locales

1977 - 2007 : conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine
1986 - 1988 : vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine, chargé de l'Enseignement de la culture
1985 - 1988 : conseiller général des Hauts-de-Seine pour le canton de Neuilly-sur-Seine-Nord
29 avril 1983 - 7 mai 2002 : maire de Neuilly-sur-Seine (puis adjoint « hors rang »)
1983 - 1988 : conseiller régional d'Île-de-France
2004 - 2007 : conseiller général des Hauts-de-Seine pour le canton de Neuilly-sur-Seine-Nord
1er avril 2004 - 14 mai 2007 : président du conseil général des Hauts-de-Seine (démission après son élection à la présidence de la République)

Fonctions parlementaires

Député de la sixième circonscription des Hauts-de-Seine :
23 juin 1988 - 1er avril 1993 (élu avec 67,35 % des voix au premier tour)
2 avril 1993 - 1er mai 1993 (réélu avec 64,90 % des voix au premier tour ; remplacé par son suppléant, Charles Ceccaldi-Raynaud, après sa nomination au gouvernement)
24 septembre 1995 - 21 avril 1997 (réélu avec 75,96 % des voix au second tour, après la démission de son suppléant)
1er juin 1997 - 7 juin 2002 (réélu avec 56,23 % des voix au premier tour ; remplacé par sa suppléante, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, après sa nomination au gouvernement)
19 juin 2002 - 18 juillet 2002 (réélu avec 68,78 % des voix au premier tour ; remplacé par sa suppléante après sa nomination au gouvernement)
13 mars 2005 - 2 juillet 2005 (réélu avec 70,74 % des voix au premier tour, après la démission de sa suppléante ; remplacé par sa suppléante après sa nomination au gouvernement)
Député français au Parlement européen :
20 juillet 1999 - 14 septembre 1999 (élu sur le quota réservé à la liste « Union pour l'Europe, l'opposition unie avec le RPR et Démocratie libérale », dont il était à la tête ; en raison de la loi sur le cumul des mandats, mais aussi parce que son rôle était avant tout d'être une « locomotive électorale » – en association initiale avec Philippe Séguin – sans l'objectif de siéger188, il choisit de démissionner de son mandat de député européen, Brice Hortefeux lui succédant)

Fonctions ministérielles

Ministre :
30 mars 1993 - 11 mai 1995 : ministre du Budget du gouvernement Balladur
30 mars 1993 - 19 janvier 1995 : porte-parole du gouvernement du gouvernement Balladur
19 juillet 1994 - 11 mai 1995 : ministre de la Communication du gouvernement Balladur
7 mai 2002 - 30 mars 2004 : ministre de l'Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales dans les premier et deuxième gouvernements Raffarin
Ministre d'État :
31 mars - 29 novembre 2004 : ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie dans le troisième gouvernement Raffarin
2 juin 2005 - 26 mars 2007, ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire dans le gouvernement Villepin

Présidence de la République

6 mai 2007 : élu président de la République au second tour de l'élection présidentielle
16 mai 2007 : succède à Jacques Chirac en prenant officiellement ses fonctions de président de la République et de Coprince d'Andorre
17 mai 2007 : nomme François Fillon, son conseiller politique, au poste de Premier ministre
18 juin 2007 : après les élections législatives, François Fillon lui remet la démission de son gouvernement. Nicolas Sarkozy le charge alors de former un deuxième gouvernement.
1er juillet 2008 - 31 décembre 2008 : président du Conseil européen
depuis le 13 juillet 2008 : président de l'Union pour la Méditerranée
12 novembre 2010 - 4 novembre 2011 : président du G20
13 novembre 2010 : François Fillon lui remet la démission de son gouvernement. Nicolas Sarkozy l'accepte, puis le nomme à nouveau Premier ministre le lendemain et le charge de constituer un nouveau gouvernement.
Que pensez de l'homme en lui même ? De ses actions ? De sa politique ?

A plus tard,
 
Modifié en dernier par politicien le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 26 avr. 2009, 19:17:00

Bonjour Politicien,

A rajouter dans son CV, rubrique parcours scolaire :

Note au Bac B (à l'époque) de notre cher président :

les notes d'écrit du candidat n° 18917 sont d'une rare médiocrité:
7/20 en français.
8/20 en mathématiques.
9/20 en philosophie...
il lui a fallu passer l'oral pour être reçu sans mention.


Je sais que les notes et les diplômes ne sont pas un critère objectif de l'intelligence, mais tout de même, là j'ai des doutes... icon_cheesygrin
Modifié en dernier par Libre penseur le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 26 avr. 2009, 22:01:00

Quelles sont tes sources? (Pas besoin de répondre)

Je connais des gens qui ont eu des notes bien meilleures au BAC et qui ne seront jamais la moitié de ce qu'est devenu Sarkozy.

Effectivement, les notes ne sont pas révélatrices. Personnellement, j'ai obtenu un superbe 4/20 en français, je suis pourtant prêt à mettre n'importe qui au défi en ce qui concerne la maitrise de notre belle langue. (Jamais pu blairer Sartres!)
Modifié en dernier par Norbert le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.
Image

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 26 avr. 2009, 22:22:00

Bonsoir,


Une fois n'est pas coutume Norbert, je suis d'accord avec toi.. Pour parler de Sarkozy, il a réussit à soutenir un mémoire de DEA, c'est 5 ans après le bac non ? et puis avocat..  Preuve que les notes ne sont pas tout..
Quant à sa carrière politique : impressionnante, conseiller municipal dès 21 ans et maire à 28... et président même si ce n'est pas une fin en soi, car les responsabilités sont énormes.

J'aimerais reprendre une de ses valeurs : il croit à la confiance et au respect de chacun..

à plus



Modifié en dernier par Gis le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 27 avr. 2009, 17:26:00

Ce sont des sources fiables puisque ce sont les sources de l'éducation nationale.

Sarkozy n'est finalement qu'un avocat et un bon communiquant, mais il n'a aucune compétences dans le domaine politique puisqu'il n'a pas fait l'ENA ni même Science-Po, alors qu'il y a tant de politiciens beaucoup plus brillant (Fabius, DSK, juppé...) Sa politique se sont ses conseillers qu'il l'a font, lui il ne fait que débattre et lire de long discours qu'il n'a même pas écrit. Les seules réelles compétences qu'on peut lui reconnaitre c'est en communication et en droit.

Et vous savez comment il a réussis en politique en trahissant tous ses mentors (Balladur, Pasqua, Chirac...)
Modifié en dernier par Libre penseur le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 27 avr. 2009, 21:24:00

Mieux vaut un cancre qui réussi qu'un diplômé en histoire de l'art qui n'a rien de mieux qu'un boulot de facteur.

Toi qui soutient Bayrou, tu peux me dérouler son CV s'il te plait? icon_mrgreen icon_mrgreen icon_mrgreen
Modifié en dernier par Norbert le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.
Image

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 27 avr. 2009, 22:00:00

J'hésite un peu vu que j'ai critiquer ton cher et tendre, mais bon je vais le faire.  :mrgreen:
Modifié en dernier par Libre penseur le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 29 avr. 2009, 19:24:00

Effectivement mieux vaut ne pas critiquer Sarko quand Norbert est dans les parages ! icon_eek

Pour une actualité soutenue en matière de sarkozysme, je vous conseille l'excellent travail quotidien effectué par le journal Bakchich. Ils sont à la pointe des ragots au sein de la Sarkozie ! Il y a de quoi mieux cerner notre sublime président au jour le jour.
Modifié en dernier par racaille le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 30 avr. 2009, 00:00:00

Je te recommande le journal Marianne pour la satire de Sarkozy et Cie. Je crois que je vais offrir un abonnement à Norbert.  icon_cheesygrin
Modifié en dernier par Libre penseur le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 30 avr. 2009, 08:16:00

Libre penseur a écrit :Je te recommande le journal Marianne pour la satire de Sarkozy et Cie. Je crois que je vais offrir un abonnement à Norbert.  icon_cheesygrin
Mais il m'arrive de lire Marianne, dans le même genre, j'ai adoré les "brèves de comptoir" de Jean-Marie Gourio...
Modifié en dernier par Norbert le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.
Image

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 30 avr. 2009, 18:57:00

Libre penseur a écrit :Je te recommande le journal Marianne pour la satire de Sarkozy et Cie. Je crois que je vais offrir un abonnement à Norbert.  icon_cheesygrin
Marianne j'y étais abonné à sa création, mais depuis quelques années je ne le lis plus que l'été chez mes beaux-parents. J'aime bien mais c'est un peu lourdingue parfois. Pas toujours très fin :D
Modifié en dernier par racaille le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 30 avr. 2009, 21:15:00

Ah bon Norbert tu lis Marianne je croyais que tu ne supportais aucun journaux mis a part Le Figaro, on en a parlé sur un topic, rappelle toi sur la neutralité de l'info.

C'est mon magazine préféré, un cynisme comme je l'adore...

Vu que le sujet c'est Sarkozy, un lien si vous souhaitez parler des journaux ou des magazines que vous lisez : http://actu-politique.xooit.com/t573-Di ... urnaux-que…
Modifié en dernier par Libre penseur le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 01 mai 2009, 08:45:00

Libre penseur a écrit :Ah bon Norbert tu lis Marianne je croyais que tu ne supportais aucun journaux mis a part Le Figaro, on en a parlé sur un topic, rappelle toi sur la neutralité de l'info.
Je me souviens très bien de cette discussion, pas toi visiblement, car c'est toi qui prenais Le Figaro en exemple. Je m'étais contenté de dire que Le Figaro était nettement plus informatif que les journaux de gauches que tu adules.

Enfin, tu as raison, je ne lis pas Marianne et ce pour deux raisons:
1- Pas de temps à perdre avec ces idioties.
2- Pas de pognon à dépenser pour ces idioties.

Mais j'ai bel et bien lu les brèves de comptoir et je confirme que ça ressemble trait pour trait à du Marianne.
Modifié en dernier par Norbert le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.
Image

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 01 mai 2009, 16:42:00

Dans le genre bien ringard et le figaro, y'a aussi Valeurs Actuelles :D
Modifié en dernier par racaille le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 01 mai 2009, 20:11:00

Norbert a écrit : Mais il m'arrive de lire Marianne, dans le même genre, j'ai adoré les "brèves de comptoir" de Jean-Marie Gourio...
Norbert a écrit :
Enfin, tu as raison, je ne lis pas Marianne et ce pour deux raisons:
1- Pas de temps à perdre avec ces idioties.
2- Pas de pognon à dépenser pour ces idioties.

Tu te contredit là.
Modifié en dernier par Libre penseur le 03 juil. 2009, 14:36:00, modifié 3 fois.

Répondre

Retourner vers « Nos hommes politiques »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré