«Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33191
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

«Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Message non lu par politicien » 30 mars 2015, 20:58:07

Bonjour,
Dans les départements sans majorité nette, la droite refuse toute alliance avec l’extrême droite. Dans le Vaucluse, la Ligue du Sud trouble le jeu.
A défaut de prendre des départements, le Front national avait bon espoir de perturber sérieusement l’élection de leurs présidents, partout où il a réussi à imposer des majorités relatives. Ce cas de figure ne se présente finalement que dans trois départements : l’Aisne, le Gard et le Vaucluse, où l’extrême droite compte respectivement 8, 4 et 10 élus. Jeudi, partout en France, les assemblées départementales se réuniront pour la première fois. Sous la présidence de leurs doyens d’âge, elles procéderont à l’élection de leurs présidents. L’usage veut que chaque groupe politique présente son candidat. Si aucun prétendant ne réunit la majorité absolue après deux tours de scrutin, un troisième tour est organisé et une majorité relative suffit à faire élire le président. En principe, dans les trois départements cités, la formation politique arrivée en tête dimanche n’aura donc pas besoin des voix frontistes. Toutefois, si le président peut être élu à la majorité relative, le vote de son budget requiert, lui, la majorité absolue. Pour sortir de ce casse-tête, le chef de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, a annoncé lundi le dépôt d’une proposition de loi instaurant un «49-3 départemental» sur le modèle de celui déjà en vigueur dans les régions : un budget ne pourrait être rejeté que si les opposants sont capables de constituer une majorité alternative.

«Charte». D’ici là, le parti de Marine Le Pen n’en va pas moins présenter une «charte» en cinq ou six points, conditionnant le soutien de ses élus à une majorité départementale. Fondé sur des sujets locaux, le document vise notamment la stabilité ou la baisse de la fiscalité, le «refus du communautarisme», la démocratie locale… Rien qui soit, sur le papier, rédhibitoire pour la droite la plus décomplexée.

(...)

De son côté, en effet, le président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, s’est efforcé de fermer définitivement la porte, réaffirmant dès dimanche soir qu’aucun accord ne serait toléré entre des représentants de son parti et des élus FN. Approuvée par le chef de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, la doctrine de la droite et du centre s’énonce très simplement : le parti qui dispose de la majorité, même relative, a vocation à gouverner le département.

En vertu de ce principe, c’est à la droite que devrait revenir la présidence de l’assemblée départementale de l’Aisne, où elle dispose de 18 des 40 sièges. Chef de file de l’UMP dans la région, Xavier Bertrand reste sur son ni-ni : il a refusé la proposition de contrat de coalition qui lui était présentée par la gauche et jure par ailleurs qu’il fera sans les voix du FN. Privée de majorité absolue, l’UMP a toutefois fait une concession aux élus les plus modérés en acceptant d’apporter son soutien à l’UDI Nicolas Fricoteaux pour la présidence du département. De son côté, le PS devrait renoncer à présenter un candidat à la présidence de l’assemblée, afin de ne pas donner au FN l’opportunité de troubler le jeu. En effet, rien n’empêcherait les élus frontistes de lui apporter leurs suffrages, pour le plaisir de rendre le département ingouvernable…

(...)

L'intégralité de cet article à lire sur Liberation.fr
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33191
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: «Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Message non lu par politicien » 30 mars 2015, 22:52:07

Le Front national veut prendre date. Le parti d'extrême droite présentera, jeudi 2 avril, des candidats à la présidence dans les 14 départements où il a des élus. « Notre stratégie, c'est d'être présents partout où on peut l'être, par respect pour nos électeurs, déclare Marine Le Pen au Monde. Si on peut faire tomber les masques de l'UMPS, on le fera. On verra bien s'il y a des accords ou non entre eux. »

Mme Le Pen entend, en fait, mettre l'UMP au pied du mur en lui proposant un soutien contre la ratification d'une charte – qui sera rendue publique mardi – comportant des points non négociables sur la fiscalité ou le refus du « communautarisme ».

Dans les départements les plus serrés – notamment le Gard, le Vaucluse ou l'Aisne –, l'UMP et PS pourraient bien devoir diriger le département ensemble. « On verra si l'UMP est de bonne foi ou non. Soit ils acceptent notre texte, soit ils nous envoient paître mais ils devront assumer de cogérer le département avec le camp adverse », poursuit l'eurodéputée.

(...)

http://www.lemonde.fr/politique/article ... 23448.html
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
wesker
Messages : 31356
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: «Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Message non lu par wesker » 31 mars 2015, 21:11:47

En établissant une charte sur les valeurs que la droite se targue, durant les élections de défendre et de promouvoir, le FN se positionne comme un allié éventuel de cette même droite.

Certes, il s'agit là d'une stratégie visant à mettre en exergue les contradictions et d'attiser des divisions mais il n'en demeure pas moins que cela ne fait que renforcer le sentiment d'une bipolarisation d'une vie politique qui, en l'absence de réelles primaires prive les citoyens de débats contradictoires et d'authentiques alternatives qui, pourtant existeraient si les citoyens s'organisaient.

Avatar du membre
Baltorupec
Messages : 13185
Enregistré le : 13 juil. 2011, 00:00:00

Re: «Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Message non lu par Baltorupec » 31 mars 2015, 21:14:45

L'UMP peut bien aller se faire mettre. Je voterais sans hésiter pour l'UMP local car ce sont des modérés, mais que l'UMP national s'attende pas à avoir ma voix.
“Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès.” Jules Mazarin

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33191
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: «Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Message non lu par politicien » 01 avr. 2015, 21:23:05

Bonjour,
La chasse aux "sans étiquette" et autres "divers" est ouverte. Dans les départements où les majorités sont flageolantes, les candidats aux "perchoirs" présidentiels rivalisent de séduction pour consolider leurs soutiens. L'UMP Philippe Bas bat la campagne dans la Manche. Le radical de gauche Jean-Michel Baylet fait tout pour préserver son trône dans le Tarn-et-Garonne, lui qui a déjà perdu son siège de sénateur à l'automne dernier. Son sort, et l'avenir de ce fief que sa famille s'est bâti depuis des années autour de Montauban, dépend d'un binôme d'élus du nouveau canton de Quercy-Rouergue.

Ce 2 avril, dans de nombreux coins de France, la séance inaugurale - présidée par le doyen d'âge - de la nouvelle mandature risque d'être houleuse. Si au bout de deux tours aucune majorité absolue ne se dégage pour l'élection du président, celle-ci se fera à la majorité relative. Autres enjeux : la désignation des vice-présidents, souvent pléthoriques pour gérer les délégations, respecter les équilibres politiques et satisfaire... les appétits personnels. Accessoirement, un vice-président reçoit, en fonction de la taille du département, une indemnité de 2 129 euros (moins de 250 000 habitants) à 3 725 euros brut par an (plus de 1,25 million). Quant aux présidents, ils sont tous à la même enseigne, quelle que soit la taille du département : 5 512,13 euros brut par mois.

(...)

Et il y a aussi les duels intrafamiliaux. Comme dans l'Essonne, perdue par la gauche, où l'UMP Georges Tron refuse de se soumettre au candidat désigné par sa famille politique, François Durovray. Comme aussi dans l'Eure, où l'UMP Sébastien Lecornu, protégé de Bruno Lemaire, est en compétition avec le Divers droite Jean-Paul Legendre.

(...)

L'intégralité de cet article à lire sur Le Point.fr
Qu'en pensez vous ,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33191
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: «Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Message non lu par politicien » 02 avr. 2015, 11:07:20

Tarn-et-Garonne: Jean-Michel Baylet renonce à la présidence du département
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33191
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: «Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Message non lu par politicien » 02 avr. 2015, 22:23:10

Les 98 départements qui renouvelaient leurs conseillers départementaux élisaient jeudi 2 avril leurs présidents. Si la très grande majorité des élections ne constituaient pas de surprise, quelques-unes étaient particulièrement surveillées, la majorité politique étant incertaine et pouvait dépendre du choix de certains conseillers étiquetés « divers » ou d'alliances entre partis.

(...)
Image 66 DÉPARTEMENTS Il ne s'agit que d'une confirmation après la vague bleue qui a submergé les scrutins des 22 et 29 mars : la droite contrôle désormais 66 départements, contre 40 avant l'élection. Parmi eux, l'UMP contrôle le plus de départements (44), devant l'UDI (14) et des divers droite (8). A ceux-là, on peut ajouter le Tarn-et-Garonne, présidé par un candidat sans étiquette mais élu grâce à la droite.
Au sein de la gauche, qui contrôle désormais 33 départements, le PS en contrôle la grande majorité (26), devant le PRG (3), des divers gauche (3) et le Front de gauche (1).

(...)

L'intégralité de cet article à lire sur Le Monde.fr
[/align]
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Narbonne
Messages : 14649
Enregistré le : 04 sept. 2011, 16:12:50
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: «Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Message non lu par Narbonne » 02 avr. 2015, 22:27:35

Baltorupec » 31 Mar 2015, 20:14: 45 a écrit :L'UMP peut bien aller se faire mettre. Je voterais sans hésiter pour l'UMP local car ce sont des modérés, mais que l'UMP national s'attende pas à avoir ma voix.
Il y a une coupure entre les partis UMP/PS et les citoyens et en plus une coupure entre les dirigeants des partis et les candidats locaux.
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

Avatar du membre
Clavier56
Messages : 1732
Enregistré le : 18 oct. 2014, 09:41:52
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Vannes

Re: «Troisième tour» : l’UMP manœuvre loin du Front

Message non lu par Clavier56 » 03 avr. 2015, 14:07:08

L'élection du Vaucluse est emblématique de la collusion entre la fausse droite et la fausse gauche : l'UMPS
j'espère que l'élection d'un président PS dans ce département de droite continuera à provoquer la fuite des électeurs de l'UMP vers le FN pour les élections suivantes
La liberté d'opinion, ce n'est bon que pour les morts ...
( E.Zemmour, philosophe français sur RTL )

Répondre

Retourner vers « Elections départementales 2015 »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré