No Fake Science

Venez parler de l'actualité des médias
En ligne
Avatar du membre
Yakiv
Messages : 9393
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Europe Ecologie – Les Verts (EELV)

Re: No Fake Science

Message non lu par Yakiv » 16 août 2019, 11:12:55

20minutes a écrit :
Les climatosceptiques ont plus de visibilité dans les médias que les scientifiques
ECOLOGIE Les personnes qui nient le changement climatique sont 49% plus présent dans les médias que les scientifiques et sapent la crédibilité des climatologues

20 Minutes avec AFP
Publié le 14/08/19 à 14h50
  • Une étude publiée dans Nature Communications montre que les climatosceptiques ont bénéficié pendant des années de plus d’attention médiatique que les climatologues reconnus.
  • La visibilité des négateurs du climat a été 49 % plus importante que celle des scientifiques.
  • Ces négateurs du climat ont été cités un peu plus souvent même dans les médias anglophones de premier plan comme le New York Times, le Guardian ou le Wall Street Journal.
Les climatosceptiques, ces personnes qui nient le changement climatique, ont bénéficié pendant des années de plus d’attention médiatique que les climatologues reconnus, créant une confusion chez le grand public et ralentissement la lutte contre le réchauffement, selon une étude publiée ce mardi dans Nature Communications.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé 100.000 articles de la presse papier ou Internet publiés entre 2000 et 2016, cherchant les citations et les noms de plusieurs centaines de climatologues de premier plan et un nombre égal d’universitaires, entrepreneurs et hommes politiques doutant du réchauffement de la planète ou attribuant la hausse des températures à des causes « naturelles ».

Une visibilité des climatosceptiques 49 % plus importante
« Nous avons découvert que la visibilité des négateurs du climat a été 49 % plus importante que celle du changement climatique », ont écrit les auteurs de l’étude dirigée par Alexander Petersen, de l’université de Californie à Merced.

Même au sein d’une sélection de médias anglophones de premier plan comme le New York Times, le Guardian ou le Wall Street Journal, ces négateurs du climat ont été cités un peu plus souvent.

Selon les données de la science, le monde a déjà gagné +1°C depuis l’ère préindustrielle, en raison des émissions de gaz à effet de serre généré par l’activité humaine, et les climatologues mettent en garde depuis longtemps contre les menaces que ce réchauffement qui continue pose à l’humanité.

« Ceux qui sont à contre-courant en matière de changement climatique ont réussi à organiser une voix forte au sein de la communication politique et scientifique », ont noté les auteurs de l’étude.

La crédibilité des climatologues sapée
« Une telle disproportion dans la visibilité médiatique des arguments et des acteurs à contre-courant dénature la répartition des opinions des experts » et « sape » la crédibilité des climatologues, ont-ils ajouté.

Ce déséquilibre est en plus renforcé par l’effet amplificateur des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, selon l’étude.

Depuis la publication en octobre dernier d’un rapport alarmant du groupe d’experts de l’ONU sur le climat (Giec), la question du réchauffement a pris de l’importance dans les préoccupations du grand public et les manifestations appelant à l’action climatique se sont multipliées. Certains gouvernements occidentaux se sont engagés à la neutralité carbone d’ici 2050. Mais les médias traditionnels continuent malgré tout à servir de plate-forme à des affirmations douteuses voire discréditées sur le changement climatique.
https://www.20minutes.fr/arts-stars/med ... entifiques

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 21297
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: No Fake Science

Message non lu par Jeff Van Planet » 16 août 2019, 11:33:50

Voici qui apporte de l'eau au moulin de cette tribune no fake science.

Dans la vidéo postée en premier message, il est dit à un moment que si on fait 10 minutes d'antenne au JT sur la station spaciale internationale, on ne doit pas donner 10 minutes d'antenne aux platistes. ça n'aurait aucuns sens. Les sciences ne sont pas des opinions, même si les trolls du net le disent.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 55438
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: No Fake Science

Message non lu par Nombrilist » 17 août 2019, 00:44:21

"Les climatosceptiques, ces personnes qui nient le changement climatique, ont bénéficié pendant des années de plus d’attention médiatique que les climatologues reconnus, créant une confusion chez le grand public et ralentissement la lutte contre le réchauffement, selon une étude publiée ce mardi dans Nature Communications."

A qui profite le crime ?

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 21297
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: No Fake Science

Message non lu par Jeff Van Planet » 17 août 2019, 09:02:03

Je ne sais pas. A qui?
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 55438
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: No Fake Science

Message non lu par Nombrilist » 17 août 2019, 09:22:16

Jeff Van Planet a écrit :
17 août 2019, 09:02:03
Je ne sais pas. A qui?
Je dirais bien: à ceux qui n'ont aucun intérêt à ce que l'on lutte contre le réchauffement climatique. Veuillez noter que seul les médias en langue anglaise ont été analysés dans cette étude. Donc en gros, c'est une étude sur le traitement médiatique du réchauffement climatique par les US. Quelle surprise ce résultat !

pierre30
Messages : 8341
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: No Fake Science

Message non lu par pierre30 » 17 août 2019, 12:39:33

On préfère les bonnes nouvelles plutôt que celles qui nous angoissent. Cela explique peut être pourquoi les climatoseptiques ont autant d'audience et aussi pourquoi les populistes surfent sur la vague.
C'est aussi pour ça que les films angoissants ou tristes fonctionnent mal à la télé.

Avatar du membre
Snark
Messages : 2377
Enregistré le : 08 nov. 2015, 10:40:54
Contact :

Re: No Fake Science

Message non lu par Snark » 17 août 2019, 12:43:01

Nombrilist a écrit :
17 août 2019, 09:22:16
Jeff Van Planet a écrit :
17 août 2019, 09:02:03
Je ne sais pas. A qui?
Je dirais bien: à ceux qui n'ont aucun intérêt à ce que l'on lutte contre le réchauffement climatique.
Disons à tout ceux qui ont interet à ce qu'on consomme toujours plus d'hydrocarbures , de pesticides ,
de malbouffe et d'i-machins entre autres vu qu'ils en vendent et méme si c'est mauvais pour le réchauffement climatique ,
la santé et l'économie .
Et pendant ce temps là le permafrost décongèle .

Avatar du membre
Cheshire cat
Messages : 4049
Enregistré le : 08 juin 2013, 14:03:05
Localisation : Lugdunum

Re: No Fake Science

Message non lu par Cheshire cat » 02 sept. 2019, 18:47:44

Le manque de connaissances fait souvent le lit du rejet de la science et de la technologie.
C'est ce qu'affirme l'auteur de cet article :
Pourquoi avons-nous peur de la chimie ?

Une étude récente confirme que la chimie souffre d’une mauvaise image auprès du grand public. Décryptage avec Christophe Cartier dit Moulin, directeur de recherche au CNRS.(...)
https://www.pourlascience.fr/sd/science ... -17664.php
“On commence par se tromper soi-même ; et ensuite on trompe les autres. ”
Oscar Wilde

En ligne
Avatar du membre
Yakiv
Messages : 9393
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Europe Ecologie – Les Verts (EELV)

Re: No Fake Science

Message non lu par Yakiv » 29 mai 2020, 17:34:11

Un excellent résumé de la situation.
Corse Matin a écrit :
Covid : face aux infox, les scientifiques s'adaptent pour contre-attaquer
Par: Avec AFP
Publié le: 26 mai 2020 à 09:55


Avec ses photos de chats et son ironie parfois cinglante, Mathieu Rebeaud, chercheur en biochimie, a quasiment triplé ses abonnés sur Twitter depuis le début de la pandémie de Covid-19. Son but: aider à "faire le tri" face à la surabondance d'infos et surtout... d'infox.

Expliquer, vulgariser, décortiquer pour contrecarrer erreurs, fausses affirmations, théories du complot...Depuis quelques semaines, de nombreux médecins, universitaires et institutions ont amplifié et adapté leur communication scientifique, misant plus sur la pédagogie que l'argument d'autorité, pour davantage d'efficacité.

Avec l'omniprésence des réseaux sociaux, il faut aller vite, taper large et utiliser Twitter, Facebook ou YouTube pour faire passer les messages simples de prévention ou poser les bases de la virologie et de la démarche scientifique, estiment aussi les experts interrogés par l'AFP.

Pour la pandémie, "les théories du complot fournissent des explications complètes, simples, d'apparence rationnelles et solides" qui apparaissent en "opposition absolue avec la connaissance scientifique disponible: complexe, fragmentée, changeante et pleine de controverses", résume la chercheuse Kinga Polynczuk-Alenius, de l'Université d'Helsinki.

"Dans cette période d'incertitude, il est particulièrement nécessaire de diffuser rapidement une information fiable", avait averti dès février la revue médicale britannique The Lancet.

Mais comment faire pour concilier le temps -long- des publications scientifiques rigoureuses et celui du grand public, habitué à l'instantanéité des réseaux sociaux et exigeant souvent des réponses fermes et définitives ?

"Comment communiquer dans ce contexte d'incertitude radicale ?", résume Mikaël Chambru, spécialiste de la communication scientifique à l'Université de Grenoble-Alpes (sud-est de la France).

De toute façon, "on n'a pas le choix", pense Jean-Gabriel Ganascia, président du comité d'éthique du CNRS (Centre national de la recherche scientifique). "Il faut faire feu de tout bois", acquiesce Jean-François Chambon, médecin et directeur de la communication de l'Institut Pasteur, qui n'a pas eu d'autre choix que de démentir avec force en mars une vidéo extrêmement virale accusant l'institution d'avoir "créé" le SARS-Cov-2.

Si l'usage des réseaux sociaux et d'internet par la communauté scientifique n'est pas né avec la pandémie, cette dernière l'a amplifié, intensifié, accéléré et rendu plus visible.

Twitter, "c'était déjà quelque chose que j'utilisais mais c'est vrai que j'étais beaucoup moins présent avant le Covid-19", explique Mathieu Rebeaud, de l'Université de Lausanne en Suisse.

Pour ses près de 14.000 abonnés Twitter, il n'hésite pas à décortiquer des études scientifiques grâce aux "fils" ou "threads" qui permettent d'enchaîner les messages.

Et de fait, beaucoup, comme lui, se sont lancés dans l'arène. Parmi ces médecins ou chercheurs qui expliquent, vulgarisent ou débattent (parfois avec virulence) autour du Covid-19, les Français "Apothicaire amoureux" ou Jérémy Descoux ou la microbiologiste néerlandaise Elisabeth Bik.

Le 22 mai, quelques heures après la sortie d'une vaste étude sur les effets de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine, elle en twittait le résumé en une phrase: "moins de survie et plus d'arythmies ventriculaires".

La plupart des sites internet des gouvernements ou agences sanitaires consacrent des pages à la lutte contre les idées fausses, également déclinées sur les réseaux sociaux.

Pour cette crise, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) a noué un accord avec Facebook afin de diffuser directement des messages sur WhatsApp ou Messenger. Dans la presse, scientifiques et médecins sont quotidiennement interrogés pour démonter des idées reçues sur le virus.

Sur les infox, "on n'avait pas de dispositif spécifique, mais on a mis en place une page (du site) spéciale très rapidement car (...) on s'est rendu compte qu'il y avait plein de +fake news+ sur le sujet", explique Jean-François Chambon à l'Institut Pasteur, qui engrange actuellement 16.000 nouveaux abonnés chaque mois -tous réseaux sociaux confondus- , contre 4.000 en temps normal.

Mais le changement n'est pas que quantitatif, explique Mikaël Chambru.

Il note également que les scientifiques qui s'impliquent dans le débat "cherchent à partager l'actualité des savoirs dans le but de forger la culture scientifique du public en expliquant la démarche (scientifique) et en donnant des clés de lecture, plutôt que d'user de l'argument d'autorité".

"La posture d’autorité serait extrêmement mal vécue par la population", abonde Jean-Gabriel Ganascia.

D'où les efforts répétés de beaucoup pour rappeler à longueur de tweets les règles qui font qu'une étude est plus ou moins solide selon qu'elle respecte un peu, beaucoup ou pas du tout les principes de la démarche scientifique.

Mais la lutte semble souvent déséquilibrée. "Démonter une +connerie+, ça prend 10 fois plus d'énergie" que de la diffuser, résume Mathieu Rebeaud, rejoignant le constat d'une étude de la revue "Science" qui notait en 2018 que "les mensonges se diffusent plus vite que la vérité".

D'où les appels à agir en amont.

Une communication scientifique adaptée "ne saurait être l'unique antidote pour combattre les +fake news+", note la chercheuse italienne en communication Mafalda Sandrini, appelant à revoir l'enseignement des sciences, pour que le public soit moins perméable aux fausses infos.
https://www.corsematin.com/articles/cov ... uer-109854

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 55438
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: No Fake Science

Message non lu par Nombrilist » 29 mai 2020, 17:47:14

"Mais la lutte semble souvent déséquilibrée. "Démonter une +connerie+, ça prend 10 fois plus d'énergie" que de la diffuser, résume Mathieu Rebeaud, rejoignant le constat d'une étude de la revue "Science" qui notait en 2018 que "les mensonges se diffusent plus vite que la vérité"."

C'est ce que j'ai toujours pensé et cette loi particulière fait partie d'une loi plus générale selon laquelle notre modèle de société favorise celui qui triche par rapport à celui qui respecte les règles.

Avatar du membre
Aiden
Messages : 108
Enregistré le : 22 oct. 2014, 15:55:18

Re: No Fake Science

Message non lu par Aiden » 29 mai 2020, 20:16:07

Depuis quelques temps, je participe régulièrement à des débats sur tweeter. Je ne trouve pas que démonter certaines théories demande nécessairement d'importants efforts. Par exemple, sur le covid, j'explique que Raoult n'a pas de protocole satisfaisant pour que l'on soit sûr de l'efficacité du traitement. C'est simple et à lire et à écrire. En fait, pour répondre il faut avant tout bien connaître son sujet, ce qui permet d'aller à l'essentiel avec aisance. Mais bien sûr, certains sujets ne peuvent pas se résumer aisément. Par exemple, j'ai débattu avec quelqu'un sur la révolution française (est-elle bourgeoise ou non). Cela demande plus que quelques mots. Toutefois, on peut très bien donner quelques arguments en apéritif pour inciter à s'informer.
La lutte n'est pas efficace à 10%% puisque, comme le rappel l'article, beaucouo préfèrent les histoires simples. Surtout quand on peut supposer des intérêts cachés derrière des prises de position.

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 21297
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: No Fake Science

Message non lu par Jeff Van Planet » 30 mai 2020, 09:28:51

Je vais vous surprendre mais les gens sont idiots. Ils croient, voilà pourquoi les théories du complot et les fakes se propageront toujours plus vite que la connaissance. En effet il est bien plus confortable de dire [ insérez ici le slogan de votre choix ] car cette affirmation s'auto suffit à elle même, ce qui compte c'est ce qu'ils veulent croire. En revanche la science est un ensemble de connaissance qui se stratifient et qui nécessitent bien plus de temps qu'une simple petite phrase qui s'auto suffit et qui permet de passer à autre chose. Comme d'aller prendre l'apéro ou je ne sais quelle autre activité.


Un élément qui permet de comprendre ce phénomène de l'abrutissement de la population c'est le phénomène tweeter. Pendant des années on était limité à 140 caractères (je sais plus mais à peine plus) et en si peu de caractère on ne peut pas débattre, il est impossible d'expliquer quoi que ce soit, la seule chose qu'il est possible de faire c'est de balancer des petites phrases qui s'auto suffisent à elles mêmes. comme par exemples: "les pauvres c'est touts des fégnasses" ou "les patrons c'est tous des voleurs" ou alors "la terre est plate" ou bien encore "l'économie n'est pas une science" .
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 55438
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: No Fake Science

Message non lu par Nombrilist » 30 mai 2020, 18:55:39

L'économie n'est pas une vraie science. Et la géologie non plus.

En ligne
Avatar du membre
artragis
Messages : 7562
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Re: No Fake Science

Message non lu par artragis » 30 mai 2020, 21:54:21

l'économie, je comprends qu'il y ait débat, même si j'ai du mal à ne pas la considérer comme une science, surtout avec les différentes méthodes qui sont utilisées aujourd'hui pour créer les théories. Par contre la géologie? ça sent le vieux conflit entre scientifiques ça. ou le troll.
voilà pourquoi les théories du complot et les fakes se propageront toujours plus vite que la connaissance.
je dirais que c'est plus parce que le biais d'intentionalité a été biologiquement sélectionné au fil de l'évolution du genre homo. Les complotistes ne sont pas idiots, loin de là;
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 21297
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: No Fake Science

Message non lu par Jeff Van Planet » 31 mai 2020, 15:54:12

Je penche pour l'option 2.

Concernant Le biais, je ne le nie pas. Je rajoute en plus de ça et de ce que j'ai dit plus tôt que le facteur: le facteur groupe/tribu. Les gens ont tendance à se conformer aux opinions du groupe. A éviter d'être des parias, des originaux. Rajoutons que plus un groupe est grand plus la moyenne du QI des membres tend vers 100, que les réseaux sociaux constituent des énormes groupes, on tendra de plus en plus vers la médiocrité et donc de plus en plus vers l'inculture et les slogans.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Répondre

Retourner vers « Médias »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré